Granby déboursera 1 M$ pour le terrain de 96 logements sociaux

La Ville de Granby déboursera plus d'un million... (photo Alain Dion)

Agrandir

La Ville de Granby déboursera plus d'un million $ pour faire l'acquisition du duplex et du site de l'ancienne compagnie de transport de la rue Saint-Jacques afin qu'un projet de 96 logements sociaux puisse y être érigé.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby déboursera 1 050 000 $ pour faire l'acquisition d'un grand terrain de la rue Saint-Jacques, autrefois occupé par une compagnie de transport, afin qu'un projet de 96 logements sociaux puisse y être érigé.

«Je voulais donner un gros coup avec les logements sociaux: 96, c'est énorme!», a commenté le maire Pascal Bonin au terme de la dernière séance du conseil, alors que cette décision a été entérinée par l'ensemble des élus. Ce projet permettra, à lui seul, de réduire du tiers la liste d'attente de l'Office municipal d'habitation (OMH) de Granby, a souligné le maire.

D'une superficie de 89 000 pieds carrés, le terrain acquis est actuellement occupé par les anciennes installations de Bergeron Transport (603 rue Saint-Jacques) et par un duplex (617 et 619 rue Saint-Jacques). L'architecte granbyen Denis Favreau et sa conjointe, aussi partenaire d'affaires, Guylaine Choinière, sont propriétaires du site depuis quelques années. Le duo planifiait y développer un projet résidentiel, a dit hier Mme Choinière.

Native de ce quartier, la femme d'affaires affirme toutefois s'être sentie interpellée par le projet de la Ville et de l'OMH. «Le besoin de logements sociaux est plus criant. On a décidé de laisser la Ville faire son projet. Ça va être un gros plus pour Granby et pour le secteur», estime Guylaine Choinière.

Première phase

Mme Choinière affirme par ailleurs qu'il s'agit d'un terrain «bien situé, solide, sans surprise et facile à aménager». Les propriétaires précisent qu'ils ont en main les rapports environnementaux qui attestent de la qualité du sol.

La valeur de la propriété acquise par la Ville est de 596 000 $, selon l'évaluation municipale. Le maire Bonin explique l'écart avec le prix payé par le nouvel usage multilogements ou résidentiel du terrain. Le prix déboursé est ainsi similaire au prix du marché, qui est de 12 $ le pied carré, fait-il valoir.

La Ville avait déjà manifesté en janvier son appui au projet de logements sociaux et sa volonté de donner à l'OMH un terrain pour sa réalisation. Une enveloppe de 500 000 $ avait été mise de côté pour ce projet dans le budget 2015. L'autre portion sera puisée dans le budget 2016, dit Pascal Bonin.

Du côté de l'OMH, la directrice, Sylvie Lafontaine affirme que le projet, dont la principale clientèle visée est les personnes seules ou en couple de 50 ans et plus, sera déposé cette semaine à la Société d'habitation du Québec (SHQ). Pour la première phase, 50 unités de logements, réparties dans deux immeubles, sont projetées. Mais ce n'est pas demain la veille que les travaux débuteront sur le site. Dans le meilleur des mondes, l'OMH saura cette année si son projet est accepté, refusé ou reporté.

Sylvie Lafontaine est confiante. «La SHQ a annoncé qu'elle a encore des unités de libres. On souhaite bien pouvoir entrer dans ce bassin-là, mais on va avoir la réponse dans quelques mois. Ça prenait un terrain pour déposer la demande», précise-t-elle. «L'objectif n'est pas de faire un gros quartier surpeuplé, mais de laisser des aires de vie communes pour que ce soit harmonieux dans le développement», ajoute la directrice.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer