À un mois de sa fermeture : le CLD Haute-Yamaska dresse son bilan

Le CLD Haute-Yamaska a présenté son rapport financier... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le CLD Haute-Yamaska a présenté son rapport financier 2014, hier, à un mois de sa fermeture. De gauche à droite, sur la photo, Guy Coulombe, directeur général, Frédérick Bonner, conseiller aux entreprises et Samuel Gosselin, conseiller au développement de la ruralité et de l'agroalimentaire. -

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) «Je ne suis pas gêné de la performance que j'ai», a lancé le directeur général du Centre local de développement (CLD) Haute-Yamaska, Guy Coulombe, au terme de la présentation du rapport financier de 2014 de l'organisme, hier. Le CLD a dû relever plusieurs défis et l'équipe a réussi à atteindre et même à dépasser les cibles fixées.

L'année dernière, le CLD a aidé financièrement 51 entreprises en attribuant 636 790 $ en investissements, dont plus de 390 000 $ ont été versés sous forme de prêt. La réalisation des projets de ces entreprises a une valeur de près de 8,5 M$ et a permis de créer 72 emplois, en plus d'en maintenir 92. Le CLD a aussi aidé 76 entreprises autrement que par du financement.

L'année 2014 a été marquée par le mot transition. Un comité s'est d'abord penché sur la relance de Vision 2015, qui devait devenir Vision 2025 durant l'année en cours. Malgré le travail entamé, le forum de relance, qui était prévue ce printemps pour «amener les citoyens à rêver de ce qu'ils voulaient en Haute-Yamaska», a été suspendu en raison des coupures dans le milieu, explique Virginia Houle, coordonnatrice de Vision 2015.

L'équipe a également eu à faire un retour en arrière pour évaluer et améliorer le Pacte rural. Elle a revu le modèle d'accompagnement des entrepreneurs et bonifié l'offre de services avec l'ajout de la Cellule de mentorat du Réseau M et du programme de prêts Futurpreneur.

Le CLD a également adopté son plan stratégique en agroalimentaire et adapté ses façons de procéder avec des méthodes innovatrices afin d'assurer une meilleure pérennité aux entreprises.

Des projets qui fonctionnent

Les projets financés par les programmes de l'organisme sont nombreux. Notons le Fonds de cultures émergentes, qui a permis à deux entreprises d'obtenir un total de 14 000 $ de financement. Un duo père-fille de Roxton Pond a reçu de l'aide pour la mise en place d'un verger de camerises pour la production de vin, tandis que la Coalition du Pacte rural de Saint-Joachim-de-Shefford a été financée pour la production de fraises hors-sol, dans des pots.

La journée portes ouvertes des cultures émergentes a permis à 800 personnes de visiter six entreprises productrices de petits fruits. La Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire a pour sa part reçu deux subventions pour mettre en place deux nouveaux projets, soit les plates-bandes pour la production de plantes médicinales et comestibles et le développement de la culture de la fougère d'autruche, qui pourra être cueillie pour la consommation de têtes de violon.

Un autre projet soutenu est celui d'Aînés actifs, qui avait lieu pour la deuxième année. Durant l'été, en moyenne 208 participants bougeaient chaque semaine dans l'un des neuf parcs de la MRC. «C'est une très belle réussite pour nous et la région», note Mme Houle.

Sept projets appuyés par le Pacte rural, un financement de l'ordre de plus de 250 000 $, ont permis de générer 1,4 M$ dans la région.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer