Attaqué dans le stationnement du Golf Miner : il met en échec les deux voleurs

«C'est la première, et la dernière fois j'espère,... (photo Janick Marois)

Agrandir

«C'est la première, et la dernière fois j'espère, que je vis ça. Il faut se pencher sur ce dossier sans tarder», affirme Marco Bernard.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Le président des Inouk de Granby, Marco Bernard, a vécu de fortes émotions, mardi soir, quand deux hommes ont tenté de le détrousser au moment où il quittait le Club de golf Miner, à Granby. Une attaque à main armée qui soulève des questionnements sur la sécurité de ce stationnement municipal, reconnu pour être sombre et isolé.

Il était environ 21 h 15 quand Marco Bernard a quitté le chalet du club pour se diriger vers sa voiture garée dans le stationnement situé en contre-bas, à l'extrémité de la rue Long, dans une impasse qui donne directement accès aux sentiers de randonnée des boisés Miner.

Sortis de nulle part, deux jeunes hommes - au début de la vingtaine, croit-il - l'ont alors apostrophé. «Un des gars, qui était plus grand que moi, s'est approché et m'a touché. Il m'a dit: "Je veux ton cash", a raconté la victime hier. Je lui ai répondu qu'il ne s'était pas levé assez tôt pour me voler mon argent...»

Sachant que son frère était encore près du chalet, M. Bernard a hurlé pour l'alerter. Voyant cela, son agresseur a sorti une arme de poing, possiblement un fusil à air comprimé, qu'il a pointé en sa direction.

«Je me suis emparé de sa main et il a tiré deux coups en l'air. J'ai crié une autre fois. L'autre gars qui se tenait en retrait lui a dit: "Lâche-le, on s'en va"», a poursuivi M. Bernard, qui n'a pu apercevoir le visage de ses assaillants.

Mis en échec, les deux comparses ont pris la fuite à pied en direction du boisé Miner, à proximité, non sans lui avoir pris son téléphone, dont ils se sont toutefois débarrassés quelques mètres plus loin.

Quand La Voix de l'Est lui a parlé, hier après-midi, Marco Bernard semblait encore secoué. «C'est la première, et la dernière fois j'espère que je vis ça. Il faut se pencher sur ce dossier sans tarder. Il n'y a pas d'éclairage, pas de caméras de surveillance dans ce stationnement. La moindre des choses, c'est de rendre cet endroit sécuritaire.»

Malgré un important déploiement policier dans les minutes suivant l'agression, les deux suspects ont réussi à prendre le large. Une enquête est en cours, confirme le Service de police de Granby. Sa porte-parole, Caroline Garand, indique qu'en raison de sa localisation, cet endroit fait l'objet de patrouilles régulières, mais qu'il ne suscite pas de problème particulier.

Inquiétant

Le directeur du Club de golf, Daniel Bernard, affirme qu'un tel événement n'est jamais survenu à cet endroit par le passé. L'inquiétude, pourtant, est palpable depuis longtemps chez les clients et les employés.

«Il n'y a aucun système d'éclairage dans ce stationnement. Quand elles finissent de travailler le soir, les serveuses ont la chienne de se rendre à leur auto. Même les hommes sont inquiets. Oui, j'ai des plaintes à ce sujet, admet-il. C'était d'ailleurs un sujet à l'ordre du jour de la prochaine assemblée de notre conseil d'administration, dont font partie le conseiller municipal Stéphane Giard et Patrice Faucher de la Ville.»

La mésaventure de Marco Bernard ne calmera pas les esprits, loin de là. «Ça se parle beaucoup aujourd'hui. Avec l'été et les tournois qui s'en viennent, les gens vont être encore plus craintifs.»

Selon Daniel Bernard, «des choses louches» se déroulent fréquemment dans ce stationnement. «Il y a souvent des attroupements le soir, des voitures qui vont et viennent, des jeunes qui vont dans le boisé et en ressortent. J'ai déjà demandé à la police de venir faire des rondes.»

«Il devrait y avoir des lumières à cet endroit. Je n'ai jamais vu un stationnement municipal sans éclairage», termine-t-il.

Solutions envisagées

À la Ville de Granby, on assure qu'on se penchera sur ce dossier. «C'est la première fois que c'est porté à notre attention, note le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher. On en prend acte. Le sujet sera d'ailleurs discuté demain, lors de l'assemblée.»

Selon M. Faucher, la municipalité tentera de trouver des solutions. L'installation de projecteurs pourrait, par exemple, être envisagée.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer