Jean-Gilles fête ses 10 ans à la maison

Jean-Gilles Gadoury a fêté son dixième anniversaire entouré... (photo Catherine Trudeau)

Agrandir

Jean-Gilles Gadoury a fêté son dixième anniversaire entouré de sa soeur Marie-Lou, sa mère Marie-Josée, son frère Georges-Philippe, et d'autres membres de la famille Gadoury.

photo Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Bedford) La greffe de cellules souches est réussie, mais le combat de Jean-Gilles Gadoury n'est pas terminé pour autant. Le jeune acteur en subit maintenant les effets secondaires. Il est d'ailleurs passé à un cheveu de devoir passer son anniversaire à l'hôpital de Montréal pour enfants, en plein déménagement pour le nouveau CUSM. Mais il a pu fêter la vie - et son 10e anniversaire - hier, à Bedford.

La semaine dernière, le corps du garçon a enflé, comme plusieurs fois auparavant. Mais cette fois, l'enflure ne partait pas. Sa mère Marie-Josée Gadoury a donc pris la direction de Montréal avec celui qu'elle surnomme affectueusement son «guerrier». Là-bas, impossible d'avoir une chambre: l'hôpital est en plein chambardement en vue du déménagement, qui avait lieu hier. Installé sur une civière, Jean-Gilles a été vu par un urgentologue qui, sans dentelle, a laissé savoir que la leucémie, d'un type rare et foudroyant, était possiblement revenue. Douze heures plus tard, ils étaient rassurés par une spécialiste.

«On était vraiment stressés. Je parlais à ma belle-soeur par téléphone, j'allais me cacher dans mon auto et je vidais mes boîtes de Kleenex. Finalement, après 12 heures, ils ont examiné ses genoux, même le médecin est venu une demi-heure avec la radiologiste pour voir ce qui se passe avec ses genoux. C'est (un cas) vraiment rare. Son système immunitaire est nouveau et il est en train de s'installer dans le corps de Jean-Gilles. Lui, c'est ça que ça lui fait comme réaction, ça le fait gonfler et durcir. En tout cas, il a un nouveau sang très, très fort», raconte sa mère en riant, après ces montagnes russes d'émotions.

«Je me sens très bien, a confié Jean-Gilles à La Voix de l'Est. Je peux relaxer, je suis beaucoup moins stressé et je vais mieux.» Ses dernières aventures lui ont valu le surnom de Hulk puisqu'en plus d'enfler, le garçon prend aussi du poids. Ses médicaments lui donnent faim et il mange plusieurs fois par jour et par nuit.

Si la leucémie revient, les chances de survie sont nulles, explique Mme Gadoury. Jean-Gilles a récemment perdu une de ses amies qui combattait elle aussi ce cancer. Il a assisté à ses funérailles samedi. «Chloé a attrapé une bactérie et la bactérie a fait débarquer sa greffe. La leucémie est revenue en force très rapidement», ajoute-t-elle. Ses parents avaient voulu tenter un nouveau traitement de chimiothérapie, mais elle n'a pas survécu aux complications.

Une fête en famille

Jean-Gilles a donc obtenu à nouveau son congé de l'hôpital. Depuis des mois, il rêvait du jour où il pourrait veiller auprès d'un feu, plutôt que de passer la nuit à l'hôpital. Son oncle lui a donc préparé une chaise longue et de nombreuses couvertures près du feu, vendredi. «On est allé chez mon cousin pour faire un feu et on a veillé tard, tard, tard, raconte le garçon. Ça fait du bien.» Il a même tenu sa famille éveillée jusqu'à 2 h 30 du matin!

Hier, il fêtait son anniversaire entouré de sa famille. Sa mère ne pouvait pas inviter tous ses amis en raison des risques. «Le plus beau cadeau que je peux avoir, c'est d'être avec ma famille», fait valoir le guerrier avec philosophie.

Son frère Georges-Philippe,16 ans, et sa soeur Marie-Lou, 12 ans, ont pu aussi profiter de ce moment de bonheur. «Je les ai toujours trouvés très, très, très forts. Je savais que j'avais des enfants matures et responsables, observe la maman. Mais là, ça me l'a confirmé. Ils ont vécu seuls à la maison pendant huit mois. Mon père reste à deux maisons, donc c'est lui qui s'occupait de faire l'épicerie, faire la vaisselle. Mon père faisait tout, mais mes enfants étaient quand même seuls. J'allais les voir une fois de temps en temps. Ils sont fiables. Ils n'en ont pas profité pour briser la maison, ajoute-t-elle en riant de bon coeur. J'ai pu leur faire confiance. Ça leur a donné une très grande maturité et ça les a rapprochés beaucoup de Jean-Gilles.»

On verra Jean-Gilles au Relais pour la vie de Cowansville, dont il est le porte-parole. Il vendra aussi des luminaires au spectacle de Claudia Bouvette, qui vise à amasser des fonds pour le relais.

Il participera également à sa façon au Téléthon Enfant Soleil. Il sait qu'il chantera après son entrevue avec Alain Dumas, mais l'interprète qu'il accompagnera demeure un secret.

La musique a occupé une grande place dans son combat de tous les instants. Sa chanson favorite? Le succès de Pharrell Williams, Happy. «Ça m'aide à garder le sourire, c'est ça qui m'a fait garder le courage, ça m'a occupé dans mes temps libres. C'est à peu près ça qui m'a sauvé», laisse tomber Jean-Gilles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer