Charles Poulin tente sa chance en politique

Charles Poulin... (photo fournie)

Agrandir

Charles Poulin

photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jean-François Gagnon</p>
Jean-François Gagnon
La Voix de l'Est

(Magog) D'abord connu pour son parcours dans le monde du hockey, Charles Poulin sera le candidat du Parti conservateur du Canada dans la circonscription de Brome-Missisquoi lors des prochaines élections fédérales.

Choix de troisième ronde du Canadien de Montréal au repêchage de 1990, M. Poulin n'avait pas prévu tenter sa chance en politique un jour. Une rencontre récente avec le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a cependant eu pour effet de modifier ses plans.

«Ce sont mes histoires du passé qui m'ont amené à rencontrer M. Boisvenu dans les derniers mois. Cette rencontre m'a ensuite donné la chance d'aller discuter avec Stephen Harper à Victoriaville. J'avais senti que le premier ministre avait apprécié ma présence et mes commentaires, cette fois-là», explique-t-il.

Rappelons que Charles Poulin a révélé, en septembre dernier, avoir été victime d'abus sexuels durant sa jeunesse. Aujourd'hui âgé de 42 ans, le Magogois a traversé une période noire, dans la trentaine, à cause des agressions subies alors qu'il était plus jeune.

«Au début, j'ai été surpris qu'on me contacte pour que je me présente pour le Parti conservateur. J'avais un intérêt réel, mais discret pour la politique. Après réflexion, j'ai décidé de foncer et de vivre une nouvelle expérience. Je pense que les conservateurs ont de bonnes chances de gagner et qu'ils pourront sûrement continuer à améliorer les choses dans plein de domaines», soutient-il.

Le Magogois sait toutefois que les conservateurs n'ont pas gagné dans Brome-Missisquoi depuis des années. N'empêche, M. Poulin croit que le public peut s'identifier à lui. «La population a besoin de quelqu'un de vrai qui écoute son coeur. Je serai impliqué et très présent sur le terrain en campagne électorale», prévient-il.

En ce qui concerne son passé de victime d'abus sexuels, il ne souhaite pas s'en servir pour émouvoir le public. «Par contre, si je suis capable d'inspirer des victimes d'actes criminels qui espèrent s'en sortir, je ne m'en plaindrai pas», avoue-t-il.

À cause de la morphologie du territoire de Brome-Missisquoi, Charles Poulin a l'intention de faire de l'environnement une de ses priorités. Le sort réservé aux aînés, les services frontaliers, la famille et la santé sont également des sujets qui le préoccupent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer