À la découverte des villes «intelligentes»

Le maire Bonin a raconté à une vingtaine... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Le maire Bonin a raconté à une vingtaine de citoyens son voyage en Europe, samedi matin.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Le maire Pascal Bonin a profité de sa tribune mensuelle, samedi, pour parler de son voyage en Europe. Devant une vingtaine de personnes, il a évoqué les innovations observées dans ce qu'on appelle des villes intelligentes.

Le maire a participé à la mission Villes intelligentes, organisée par Les Événements du journal économique Les Affaires, ce mois-ci. Il a par le fait même visité plusieurs grandes villes telles que Barcelone, Montpellier, Lyon et Paris. Et «il y a autant de définitions de ville intelligente que de villes», retient-il.

«Ç'a été extrêmement enrichissant», a-t-il lancé, souhaitant du même souffle la tenue d'une «prise deux» dans les pays nordiques, «pour voir cette technologie-là dans un climat comme le nôtre». Les villes visitées ne connaissent pas, en effet, les rigueurs de nos hivers.

Ailleurs

À Montpellier, en France, des capteurs sur la chaussée recensent toute donnée susceptible de faciliter la vie des gens. Par exemple, certains sont placés dans les cases de stationnement. Un conducteur peut, à l'aide d'une application sur son téléphone intelligent, repérer des espaces libres pour sa voiture. «Ici, ce n'est pas applicable pour le moment à cause de la neige», ajoute M. Bonin.

À Barcelone, en Espagne, les autobus sont munis de prises USB pour accommoder les usagers. Les abris-bus possèdent des écrans tactiles permettant à un touriste de trouver un attrait et le chemin en transport en commun pour s'y rendre. Il en coûte 27 euros pour une carte de transport d'une journée.

De son côté, Lyon mise beaucoup sur les petites entreprises innovantes et branchées. La ville a aussi transformé un quartier industriel abandonné en écoquartier où chaque unité est autosuffisante en électricité. Le quartier, considéré auparavant comme un ghetto, est en grande transformation pour devenir un lieu branché. Et à Paris, le gouvernement injecte de l'argent pour la technologie et l'innovation et pour encourager les entrepreneurs.

Pour l'environnement

Le grand concept de la ville intelligente? «Simplifier la vie des gens», résume Pascal Bonin, qui verrait très bien le concept s'appliquer à l'environnement. Une idée qu'il semblait toutefois être le seul à partager, selon ses propres dires.

« (De tous les autres participants au voyage), j'étais le seul à penser ce que je pensais. Quand on regarde ce qui se passe globalement, on sait que les changements climatiques sont là. Je pense que si on est capables de faire des senseurs et des matrices, il faut les mettre au service de l'environnement. Si les citoyens n'ont plus rien à mettre sur leur table parce que les champs sont cramés... L'avenir est dans le monitoring (observation et suivi) de l'environnement et de la nature au service de l'humain.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer