Les militants heureux

Partisan de la première heure de M. Péladeau,... (Photo archives la voix de l'est)

Agrandir

Partisan de la première heure de M. Péladeau, Richard Leclerc entrevoit encore plus la perspective d'un Québec souverain avec les aptitudes en économie du nouveau chef.

Photo archives la voix de l'est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Pierre Karl Péladeau saura rallier les troupes, croient les péquistes de la région. Et c'est ce qui sera le plus important à partir d'aujourd'hui, selon eux. De son côté, le leader parlementaire du deuxième parti d'opposition, François Bonnardel, croit que les militants ont été aveuglés.

«Ce qui va être important c'est que tout le monde se rallie en arrière du chef et qu'on travaille à bâtir une opposition forte que le Québec a besoin. Et éventuellement préparer la prochaine élection», souligne Paul Sarrazin, ancien candidat dans Shefford, avant que le comté devienne celui de Granby, pour le Parti québécois.

René Beauregard, ancien candidat dans Brome-Missisquoi pour le PQ, accepte le choix des membres, alors qu'il appuyait lui-même Alexandre Cloutier. «Je pense que ça va être quand même quelqu'un qui va être à l'écoute des membres de son parti, mais à l'écoute du Québec aussi. Il ne faut pas qu'il manque sa chance, l'opportunité qu'il a devant lui de continuer à rallier du monde.»

Quant au fervent partisan de Pierre Karl Péladeau, Richard Leclerc, il était très heureux du dénouement de cette course à la chefferie. Il entrevoit encore plus la perspective d'un Québec souverain avec les aptitudes en économie du nouveau chef. «Je pense qu'on a besoin de quelqu'un qui va justement prendre les choses en main de façon énergique. J'ai l'impression que toute l'expérience qu'il a comme homme d'affaires, comme dirigeant d'entreprise, comme personne qui a connu beaucoup d'éléments à l'international, il a une vision quant à moi extrêmement intéressante pour mettre de l'avant ce projet de souveraineté.»

«Militants aveuglés»

«En premier lieu, les militants du Parti québécois ont été aveuglés par leur obsession de trouver un sauveur, leur obsession du pays imaginaire, commente François Bonnardel, leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec et député de Granby. Ce qu'on a retenu dans les six derniers mois est Pierre Karl Péladeau qui a fait du chacha politique sur plusieurs dossiers. C'était un pas en avant le matin, deux pas en arrière le soir. On n'a qu'à penser à l'immigration, quand il a mis la faute sur les immigrants pour les déboires du Parti québécois.»

M. Bonnardel décrit le PQ comme un parti vieillissant incapable de rejoindre les jeunes et «qui est déconnecté de la réalité de la population». Il se dit confiant que son parti saura continuer sa progression et l'arrivée du baron de la presse à la tête du PQ ne posera pas d'obstacle, croit-il.

 

Tous les détails dans notre édition de samedi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer