Suspension du directeur général de Val-des-Cerfs : le mandat d'enquête est confié

«Les commissaires veulent faire le mieux et dans... (photo Janick Marois)

Agrandir

«Les commissaires veulent faire le mieux et dans l'intérêt de tous, et à moindre coût», a dit en entrevue le président de Val-des-Cerfs Paul Sarrazin (au centre), photographié ici aux côtés du directeur général par intérim Éric Racine et de la vice-présidente de la commission scolaire, France Choinière.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le processus entourant la suspension du directeur général de Val-des-Cerfs, André Messier, a franchi une nouvelle étape, hier.

Réunis en séance extraordinaire, les commissaires scolaires ont mandaté la firme d'avocats Dufresne Hébert Comeau, de Montréal, pour qu'elle procède à une «enquête administrative approfondie» concernant le controversé cadre.

Ni le coût ni le délai octroyé à la firme n'ont été précisés, ces informations n'étant pas divulguées pour l'instant, a indiqué le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin, en entrevue.

«Il pourra y avoir plus d'explications à la prochaine séance publique», a-t-il dit. Il a toutefois été possible d'apprendre que le mandat de Dufresne Hébert Comeau sera «à l'acte». «Les commissaires veulent faire le mieux et dans l'intérêt de tous, et à moindre coût», a dit M. Sarrazin.

Cette résolution ne modifie pas le statut de M. Messier, qui est toujours employé de la commission scolaire, mais suspendu avec solde, jusqu'au terme de l'enquête.

«Point de non-retour»

L'ex-dg a été officiellement suspendu le 24 avril par le conseil des commissaires. Ce qu'on lui reproche n'a pas été précisé. En entrevue les jours suivants, M. Sarrazin s'était limité à dire que la commission scolaire «était rendue à un point de non-retour» et qu'«il faut faire ressortir la vérité sur tout ce qui s'est dit, tout ce qui s'est véhiculé au cours des années, à tort ou à raison».

André Messier, 54 ans, a fait les manchettes en raison de ses démêlés avec les syndicats et de nombreux départs d'employés liés à son attitude souvent qualifiée de «dictatoriale». Sous sa gouverne, le conseil des commissaires a aussi cédé plusieurs de ses pouvoirs à la haute direction.

Val-des-Cerfs a aussi profité de l'assemblée, hier, pour officialiser l'abolition de deux postes de cadres en 2015-2016 tel qu'annoncé lors du «plan d'optimisation ajusté», la semaine dernière. La nature de ces postes n'a pas été précisée.

Départs

Par ailleurs, deux cadres ont quitté leur emploi depuis quelques semaines, a appris La Voix de l'Est. Ghislain Boutin, directeur général adjoint, ressources financières et ressources matérielles, en fait partie. Son poste a été rouvert et scindé. Il n'a pas été possible de connaître l'identité de l'autre démissionnaire.

Finalement, la commission scolaire a enclenché le processus pour la rénovation de plusieurs bâtiments, dont le remplacement de fenêtres à l'école Sainte-Thérèse de Cowansville.

Tous les détails dans notre édition de mardi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer