M. Couillard, mesurez-vous l'impact de vos propos et de vos décisions?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

M. Couillard, cet après-midi, j'ai eu le malheur d'entendre vos propos au sujet des 28 médecins, qui depuis janvier seulement, se sont détournés du secteur public pour prendre le côté du privé. À ce sujet, vous disiez que 28 médecins sur 120 000, «ce n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan», pour reprendre vos propres mots.

Cependant, nous sommes des personnes, pas des gouttes d'eau et nous avons des droits. C'est d'ailleurs ce que la Charte des droits de l'homme de l'ONU, que le Canada a ratifiée, nous rappelle. Et pourtant, vous décidez de couper et de sévir partout où cela importe; à bien y penser, le feu de broussailles se change en feu de forêt à la vitesse de l'éclair...

Monsieur Couillard,  vous envisagez des coupures à l'aide sociale, encore une fois. Faible réconfort, le salaire minimum passe à 10,50 $ de l'heure! Une simple indexation; le coût de la vie augmente! Saviez-vous que ce salaire minimum devrait être à 12,90 $ de l'heure pour atteindre l'objectif zéro pauvreté? Et passons l'impact des coupures au niveau des garderies, dans le système d'éducation, etc. Les revenus sont déjà, pour une bonne partie de la population, trop bas et beaucoup vivent sous le seuil de pauvreté, même en travaillant.  Savez-vous aussi que pour travailler, avec les exigences du marché du travail actuel, il faut d'abord une très bonne santé physique et une très bonne santé mentale? Comment facilitez-vous l'employabilité?

Êtes-vous au courant M. Couillard, que beaucoup de travailleurs n'auront peut-être jamais la chance de voir leur premier jour de retraite parce qu'ils n'auront pas été diagnostiqués à temps? Êtes-vous au courant que pour rester en santé jusqu'à 70 ans et pouvoir travailler, il faut aussi un bon système de santé qui saura desservir son peuple? Vous détruisez cette belle oeuvre que nous avons bâtie collectivement, tout comme tous les programmes qui permettent de soutenir les gens dans le besoin.

M. Couillard, avant de tenir de tels propos, avez-vous pris en considération qu'il y a plus de 2 000 000 de québécois sans médecin de famille? Mathématiquement parlant, assis derrière votre bureau de comptable, je vous l'accorde; 28 sur 120 000, ce n'est quand même pas si mal. Mais lorsque le signal d'alarme est enclenché depuis des années, et qu'on se fait dire que, bof, on n'a pas à s'inquiéter, on est en droit de se poser des questions sur le «ou est-ce qu'on s'en va dans ce train?». La réalité est que les plus démunis et une partie de la classe moyenne n'ont pas accès aux soins dont ils ont besoin pour maintenir le cap et vous n'offrez pas de possibilités, vous en enlevez et pire encore, vous vous en moquez!

M. Couillard, à quand une vraie justice sociale pour tous? À quand, non seulement du vrai changement, mais du bon changement et des propos dignes d'un bon gouvernement, pas seulement pour les mieux nantis?

 

Annik Lagacé

Granby

 

Tous les détails dans notre édition de vendredi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer