GRANBY AMENDERA SON plan d'urbanisme

L'importance des corridors forestiers reconnue

La construction de maisons dans les prochains mois... (photo janick marois, archives la voix de l'est)

Agrandir

La construction de maisons dans les prochains mois sur les Terres Miner aura pour effet d'enclaver les Boisés Miner. Aucun corridor forestier n'a été demandé aux promoteurs par le ministère de l'Environnement et la Ville de Granby pour permettre aux animaux de circuler à partir ou vers d'autres secteurs boisés. Pour pallier ce  problème, la Ville aménagera un ponceau sous la rue George-Slack pour les petits mammifères.

photo janick marois, archives la voix de l'est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby va inclure les notions de corridors forestiers dans son plan d'urbanisme. L'administration municipale cherche à éviter des erreurs d'aménagement du territoire qui nuisent à la circulation de la faune entre les secteurs boisés de la ville. Les promoteurs immobiliers devront maintenant prévoir de tels corridors dans leurs plans.

«Effectivement, on a un problème pour assurer la biodiversité des espèces dans certains de nos secteurs boisés», souligne le maire Pascal Bonin. «On a demandé à nos gens au service de l'urbanisme de regarder comment on peut laisser les animaux circuler d'un secteur à l'autre», a-t-il dit hier en entrevue.

La Ville examinera tous les futurs projets immobiliers pour voir s'ils risquent d'entraver la circulation d'animaux habitant les forêts des secteurs concernés. Des bandes forestières pourraient devoir être maintenues et des ponceaux aménagés sous des rues pour permettre aux petits mammifères de passer d'un secteur boisé à un autre. Le but est de maintenir une diversité génétique chez ces animaux terrestres.

M. Bonin n'a pu dire si les promoteurs immobiliers allaient devoir payer pour l'aménagement de ponceaux spéciaux ou s'ils allaient devoir céder gratuitement à la Ville des lots pour maintenir des corridors. «Des discussions restent à faire; nous allons devoir étudier tout ça», a-t-il dit. La Ville n'exigera pas d'études fauniques des promoteurs. C'est au ministère de l'Environnement à le faire, a-t-il mentionné.

Le conseil municipal sera appelé lundi à ajouter les notions de corridors forestiers au plan d'urbanisme.

Le débat sur les corridors forestiers a été lancé au début du mois à la suite de reportages de La Voix de l'Est à l'effet que les Boisés Miner allaient être enclavés dans les prochaines semaines avec la poursuite du développement des Terres Miner. Des biologistes se sont inquiétés du fait qu'aucun corridor forestier n'a été prévu pour permettre aux animaux de se déplacer à partir ou vers les autres secteurs boisés. Cela, disent-ils, aura des conséquences à moyen et long terme sur la santé des animaux qui habitent les 135 hectares des Boisés Miner. Ils craignent un appauvrissement de leur bagage génétique.

Lors de l'étude des plans des différents projets résidentiels au sud et au sud-est des Boisés Miner, ni le ministère de l'Environnement, ni la Ville de Granby n'ont remarqué l'absence d'un corridor forestier. M. Bonin a dit qu'il préférait se mettre en mode solution plutôt que de trouver le responsable de cette erreur. «Ça ne va rien nous donner de savoir qui on doit blâmer. On peut seulement faire en sorte qu'on en (corridors forestiers) prévoit la prochaine fois», a-t-il dit.

Ponceau animalier

Aux Boisés Miner, les chevreuils devraient pouvoir continuer à circuler sans problème d'un secteur boisé à un autre, pense M. Bonin. Les efforts doivent être concentrés sur les plus petits mammifères, comme les renards, les pékans et les porcs-épics. Le service de l'urbanisme de la Ville propose d'aménager un ponceau spécial sous une section de la rue George-Slack. Les travaux coûteraient entre 24 000$ et 40 000$, selon le maire. «On peut encore agir», croit-il.

On ignore quand la Ville effectuera les travaux. «Il se peut qu'on doive demander un certificat d'autorisation du ministère de l'Environnement. On ne sait jamais combien de temps que ça peut prendre avec eux», a ironisé Pascal Bonin.

D'autres secteurs boisés visés par des projets immobiliers ont été identifiés, notamment d'autres phases du développement des Terres Miner. Des aménagements spéciaux pour la faune devront être prévus, a dit M. Bonin. Il a indiqué que des ponceaux devront être aménagés sous la rue Mountain, près de la rue Richard-Frost, ainsi que sous le boulevard Pierre-Laporte. «On va regarder pour voir s'il y a des zones forestières qui doivent rester unies», a dit le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer