Plus de 200 gazons brûlés dans la région

Feu vert au recours collectif

L'application d'un puissant herbicide, le Factor 540, est... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

L'application d'un puissant herbicide, le Factor 540, est au coeur de la requête en dommages et intérêts, après qu'environ 235 pelouses eurent été brûlées.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Le recours collectif contre Arrosage Jean-Guy Tremblay, son assureur et son fournisseur d'herbicide pour avoir endommagé plus de 200 pelouses de Granby et des environs à l'été 2012 pourra aller de l'avant. La Cour supérieure a accueilli favorablement la requête en ce sens, la semaine dernière.

L'application d'un puissant herbicide, le Factor 540, est au coeur des procédures en dommages et intérêts intentées par l'ancien conseiller municipal granbyen Jacques Gévry.

Outre l'entreprise d'arrosage, le recours cible La Coop des Montérégiennes, qui a vendu l'herbicide au paysagiste, le fabricant du produit, Interprovincial Cooperative ltd, et la compagnie d'assurances d'Arrosage Jean-Guy Tremblay, La Capitale.

Pour sa défense, Arrosage Jean-Guy Tremblay avait allégué qu'un représentant de la Coop des Montérégiennes lui avait indiqué que le Factor 540 pouvait être utilisé en remplacement du produit habituel pour arroser les pelouses de ses clients, argument démenti par ledit représentant.

La question soulève toutefois un doute suffisant pour inclure le détaillant dans le recours, aux yeux du juge Charles Ouellet. «On ne peut exclure que les représentations fautives [...] par la représentante de la Coop à l'occasion de l'achat du Factor 540, si elles s'avèrent, aient un lien causal avec les dommages subis», peut-on lire dans le jugement de 17 pages.

Le juge retient aussi l'implication de La Capitale dans le recours, parce qu'elle assurait, au moment des faits reprochés, la responsabilité civile de l'entreprise granbyenne.

Le fabricant exclu du recours

Le magistrat estime toutefois que les procédures ne peuvent pas toucher le fabricant Interprovincial Cooperative ltd, puisque l'herbicide n'a pas été utilisé par le paysagiste aux fins auxquelles il était destiné. «Que l'on retourne la question de tous les côtés, jamais [M.] Gévry n'identifie un lien de causalité entre l'insuffisance qu'il allègue quant aux indications du fabricant et le dommage», soutient-il.

De plus, une mise en garde dans la brochure d'informations du fabricant indique clairement que le produit peut être gravement dommageable pour les pelouses.

La suite des choses

Maintenant qu'il est autorisé, le recours sera officiellement déposé au tribunal sous peu. Depuis le début des procédures, 52 personnes touchées se sont inscrites au recours, indique Me Éric Bertrand, l'avocat de M. Gévry.

Le citoyen, qui agira à titre de représentant des victimes, est heureux qu'une nouvelle étape ait été franchie. «Mais il en reste plusieurs autres avant [d'espérer] un règlement», note celui qui a dû investir plusieurs milliers de dollars, l'an dernier, pour retirer la pelouse brûlée et tourber de nouveau son terrain. «La perte reliée au mauvais traitement se situe à environ cinq ou six mille dollars», estime Jacques Gévry.

La requête visera à indemniser les quelque 235 propriétaires dont le terrain a été endommagé par l'application de l'herbicide. «Tous les membres visés par le recours en font automatiquement partie, à moins qu'ils ne demandent à en être exclus», précise l'avocat.

Pour obtenir plus d'informations sur le recours, il est possible de communiquer au 1-877-707-8008 ou par courriel, au info@bga-law.com.

Si la Cour penche en faveur des requérants, le propriétaire de l'entreprise, actuellement incarcéré après avoir été reconnu coupable d'agression sexuelle sur trois mineurs, pourrait avoir à rembourser plusieurs centaines de milliers de dollars en dédommagements.

Il n'a pas été possible de s'entretenir hier avec l'avocat représentant Arrosage Jean-Guy Tremblay, Me Benoît Galipeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer