Plainte pour conflit d'intérêts contre le conseiller Bresee

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

Le conseiller municipal de Sutton Winston Bresee n'est pas au bout de ses peines. Une plainte pour conflit d'intérêts a été déposée contre lui au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire.

La plainte porte sur le fait que M. Bresee a pris part à un vote du conseil municipal, le 3 mars, sur un projet de règlement de zonage réduisant la superficie de terrains où une maison peut être construite. Or, M. Bresee possède plusieurs terrains vacants, par le biais de la compagnie à numéro 9246-7307 Québec, sur le chemin Jerico dans le sud de la municipalité. Le conseiller n'a pas déclaré son intérêt au moment du vote.

«Nous avons reçu une plainte contre M. Bresee et nous l'examinons», a indiqué hier Émilie Lord, porte-parole du MAMOT.

Par ailleurs, le MAMOT n'a donné aucun avis sur la situation de M. Bresee, contrairement à ce que laissait entendre la semaine dernière le maire de Sutton Louis Dandenault. «On ne donne jamais d'avis juridique sur un cas qui nous est présenté. Jamais. Ce n'est pas à nous de le faire. Quand on nous pose des questions sur des situations, on conseille aux municipalités de consulter leurs aviseurs juridiques», a assuré Mme Lord.

M. Dandenault soutenait la semaine dernière que le MAMOT jugeait le geste de M. Bresee sans conséquence. «On a fait des vérifications et vu que ça (le projet de règlement) touchait l'ensemble du territoire et pas un secteur spécifique, M. Bresee pouvait être là», affirmait-il en entrevue à La Voix de l'Est.

«Situation délicate»

Joint hier, le maire a dit ne pas avoir personnellement parlé avec des représentants du MAMOT. Les vérifications ont été faites par le directeur général de la Ville, Jean-François d'Amour, a-t-il dit.

M. D'Amour confirme qu'il a parlé avec des représentants du MAMOT. «Pour eux, ça ne semblait pas grave. Mais ce n'était pas un avis de leur part. Ils nous ont dit de consulter un avocat», a-t-il dit.

Le directeur général a contacté Me Hélène Francis pour discuter de la question. Elle lui a donné son opinion. M. D'Amour n'a pu dire s'il était favorable ou non envers M. Bresee. Il doit rediscuter de la question avec Me Francis. Il n'a pu dire si l'avocate, spécialisée en droit municipal, produirait un avis écrit.

M. D'Amour a parlé d'une «situation délicate». Il a également rappelé qu'il est de la responsabilité des élus, et non de la direction générale, d'éviter de se placer en apparence de conflit d'intérêts. «On a dit à M. Bresee qu'il pouvait consulter un conseiller en éthique ou un avocat. On lui a donné ces informations», assure le fonctionnaire.

Winston Bresee possède une longue expérience en politique municipale. Il a été maire du Canton de Sutton de 1975 à 1989 et de 1997 à 2002 ainsi que maire de la ville fusionnée de Sutton de 2002 à 2005. Lors de la dernière assemblée régulière du conseil, le 6 avril, il a lu une lettre dans laquelle il indiquait qu'il se retirerait de la table chaque fois que le projet de règlement serait débattu et ne participerait à aucune discussion du conseil à ce sujet lors de rencontres privées.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer