Vitesse élevée sur la route 241 à Bromont : inquiétudes pour la sécurité des cyclistes

Le directeur général du CNCB, Nicolas Legault.... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le directeur général du CNCB, Nicolas Legault.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) L'accroissement de l'achalandage au Centre national de cyclisme de Bromont (CNCB) jumelé à la vitesse élevée des usagers de la route 241 bordant le vaste site est un cocktail explosif. C'est le constat que dresse le directeur général de l'organisation sportive, Nicolas Legault.

Celui-ci tire la sonnette d'alarme pour que des correctifs soient apportés rapidement par la Ville, de concert avec le ministère des Transports du Québec (MTQ).

«Il y a des milliers de cyclistes qui sortent du centre national régulièrement. Avec les jeunes qui sont plus inexpérimentés, c'est énorme. Je ne peux pas me croiser les doigts en espérant que personne ne se fasse frapper par les voitures qui passent ici à près de 100 km/h. Ça n'a pas de sens de travailler comme ça!, clame Nicolas Legault. Un jour, il y a quelqu'un qui va se faire tuer. Il faut agir pour éviter un drame.»

Une lettre portant sur «l'accroissement de la sécurité des cyclistes» à Bromont, signée par le dirigeant du CNCB et son président, Jacques Lapensée, a par ailleurs été déposée lors de la séance ordinaire du conseil municipal du 7 avril.

«C'est maintenant 12 000 cyclistes qui transigent [au CNCB] d'avril à novembre, dont plusieurs jeunes inexpérimentés. [...] Nous avons aussi remarqué que la vitesse des automobilistes n'est pas respectée dans notre secteur malgré les interventions nombreuses de la police. Nous nous devons donc d'intervenir rapidement pour la sécurité de nos jeunes afin de conserver notre créneau de ville vélo», peut-on lire dans le document adressé à la mairesse Pauline Quinlan et au directeur général de Bromont, Jean Langevin.

«C'est préoccupant»

Lors du passage de La Voix de l'Est au CNCB, hier, Céline Paradis, professeure d'éducation physique au Collège Mont-Sacré-Coeur de Granby, pratiquait certaines manoeuvres à vélo avec une dizaine d'étudiants. La cycliste aguerrie s'est dite «très interpellée» par la vitesse des automobilistes aux abords du site.

«Le Centre national, c'est un endroit exceptionnel. Il n'y a pas de doute là-dessus. Je suis très chanceuse de pouvoir venir ici avec mes élèves pratiquement tous les jours. Mais des voitures qui passent près des jeunes à des vitesses folles, c'est préoccupant!, lance-t-elle. On a beau surveiller, ça demeure des enfants. Ils peuvent être distraits. Dans les conditions actuelles, ça ne laisse aucune marge de manoeuvre s'ils doivent traverser la rue ou rouler sur l'accotement.»

Comme Nicolas Legault, Mme Paradis est d'avis que des correctifs devront être apportés sans tarder pour «éviter le pire». «Chaque année, il y a des cyclistes qui meurent à cause d'un manque de sécurité sur les routes du Québec. Si on ne veut pas que ça arrive à Bromont, il va falloir faire quelque chose, et vite.»

Des mesures demandées pour corriger la situation

La construction prochaine du skatepark sur les terrains du CNCB ne fait que raviver les inquiétudes de Nicolas Legault. «Je suis très fier du projet de skatepark, réitère-t-il. Mais c'est évident qu'il faut que des actions concrètes soient réalisées dans le coin avant l'ouverture [d'ici la fin août]. La Ville s'est engagée à le faire et j'espère qu'elle va tenir parole.»

De fait, la missive déposée par le CNCB contient une série de mesures concernant l'amélioration de la sécurité des cyclistes. La première en lice consiste en la rédaction par la Ville d'une «lettre de recommandation» au MTQ. Celle-ci vise à faire passer la limite de vitesse de 90 km/h à 50 km/h du chemin Lotbinière jusqu'en face du Centre national.

De plus, une traverse piétonnière devrait être aménagée devant le site d'ici la fin mai, estime Nicolas Legault. «Ce ne sont pas des changements qui entraînent des investissements majeurs, mais ça ferait toute la différence», fait-il valoir.

L'aménagement de sas à vélos aux intersections comportant des feux de circulation figure également dans la liste des améliorations à apporter. L'initiative consiste à peindre en vert des zones prioritaires réservées aux cyclistes avant la ligne d'arrêt.

Un projet-pilote est par ailleurs en branle depuis juillet 2014, à l'angle des rues Molson et Rachel à Montréal. Un premier essai avait été réalisé au coin des rues Milton et University. La facture avoisinait alors 10 000 $.

Un des autres points soulevés par le CNCB est la réfection de la chaussée et des trottoirs du boulevard Bromont.

Au moment de mettre sous presse, il n'avait pas été possible d'obtenir les commentaires du directeur de l'urbanisme et du développement durable à Bromont, Jean-François Vachon.

De son côté, la responsable des communications de Bromont, Catherine Page, assure que «la Ville est bien aux faits» des différents dossiers évoqués dans la lettre du CNCB, ne pouvant se prononcer sur l'avancement des démarches. Mme Page souligne néanmoins qu'une enveloppe de 4 M$ est prévue au programme triennal d'immobilisations pour des travaux sur le boulevard Bromont en 2016-2017.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer