D'avocat du peuple à politicien

Hans Marotte était de passage hier au café... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Hans Marotte était de passage hier au café étudiant du Cégep de Granby hier, où il a livré une conférence devant une quarantaine de personnes.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) L'avocat et candidat du Nouveau parti démocratique (NPD) dans la circonscription de Saint-Jean, Hans Marotte, était de passage hier au café étudiant du Cégep de Granby. Il a raconté une partie de son parcours de vie et donné quelques clés sur lesquelles il se battra dans sa campagne électorale, devant une quarantaine de personnes.

Véritable passionné, il a donné sa conférence avec beaucoup de fougue. Il sortait pourtant d'une audience qui ne devait durer que deux heures, mais qui s'est achevée au bout de six. Avocat pour le Mouvement Action-Chômage de Montréal, M. Marotte avait été invité par l'association du NPD de Shefford.

L'avocat défenseur des chômeurs et des travailleurs a eu à vivre de l'aide sociale à sa sortie du Barreau, comme il n'arrivait pas à trouver d'emploi et qu'il avait deux enfants à nourrir. Il a eu l'opportunité d'entrer dans un prestigieux cabinet d'avocats, mais a refusé pour ne pas avoir à défendre de riches entreprises qui veulent s'enrichir davantage. Le lendemain du refus de cette offre, que bien des jeunes avocats auraient acceptée, il a été approché par le Mouvement Action-Chômage, où il s'impliquait déjà.

Depuis, il y oeuvre et défend des travailleurs contre la machine du fonctionnariat et les employeurs. Hier, il défendait justement un employé qui a été renvoyé après des décennies de travail. Or, faisant l'objet d'une plainte aux normes du travail, l'employeur a décidé de nuire au travailleur en contestant l'assurance-chômage qui lui avait été approuvée.

«Quand j'ai eu cette chance-là d'aller à Action-Chômage, je me suis dit que j'avais la chance d'équilibrer les choses», raconte-t-il.

Pourquoi avoir accepté de se porter candidat pour le NPD? Il jouit d'une grande liberté dans son emploi et il s'est dit prêt à devoir suivre des lignes de parti. Mais il a été surpris par l'indépendance qui lui était offerte. «Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est que je n'ai jamais subi de pression. Ça m'a beaucoup impressionné.» Père de quatre enfants, il affirme également ne pas avoir de plan de carrière et est prêt à se retirer s'il n'est pas satisfait.

Celui qui a fait de la boxe dans les mi-lourds croit pouvoir protéger ceux qui en ont vraiment besoin en se joignant au NPD. Depuis que la vague orange a emporté le Québec, «le Parlement est le plus représentatif du peuple: femmes, chômeurs, travailleurs communautaires et pas trop d'avocats», ce qu'il apprécie, ironiquement. «Il y a bien du monde là-dedans qui ne s'attendaient pas à être élus», ajoute-t-il, en faisait référence à Justin Trudeau qui accuse Thomas Mulcair de faire de la vieille politique. Les nouveaux élus du NPD n'entraient pas dans le moule prédéterminé des politiciens de la vieille garde, selon lui, et ils ont fait le travail.

Il a aussi montré des graphiques trouvés en ligne, sur le site Internet du Parti libéral du Canada, où la courbe de croissance du revenu de la classe moyenne est comparée aux plus nantis et où le pourcentage de l'augmentation du PIB (+115%) et de la richesse des ménages (+15%) est présenté. M. Marotte veut qu'il y ait un plus grand transfert des richesses vers les ménages, sans toutefois se mouiller pour le moment.

Il a d'ailleurs poussé l'audace en se comparant, avec humour, à Justin Trudeau en raison de ses cheveux longs, de son sens de la famille et de son amour de la boxe. Sa conférence a été applaudie et a été suivie par une période de questions.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer