Avenir du lac Boivin: les maires prêts à collaborer

La Ville de Granby a dévoilé mardi son... (photo Alain Dion)

Agrandir

La Ville de Granby a dévoilé mardi son plan d'action pour refaire une santé au lac Boivin.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Granby) La Ville de Granby pourra compter sur les autres municipalités qui se trouvent dans le bassin versant du lac Boivin pour l'aider à redonner du tonus à son plan d'eau.

«On a une part de responsabilités et on va les assumer», soutient le maire de Shefford, André Pontbriand. «Granby va avoir notre collaboration; on va participer», a-t-il dit.

«La Ville de Granby a les répercussions de ce qui se fait en amont de la rivière Yamaska Nord. On va regarder ce qu'on peut faire», a indiqué pour sa part René Beauregard, maire de Saint-Joachim-de-Shefford.

«On va étudier ce qui se passe chez nous et ce qui peut affecter le lac Boivin», a dit le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon, hier en entrevue.

Dans son plan d'action sur l'avenir du lac Boivin présenté mardi soir, la Ville de Granby propose une série de mesures pour améliorer la qualité de l'eau en réduisant le taux de phosphore. Or, certaines des mesures envisagées pour y parvenir devront être mises en application à l'extérieur du territoire de la Ville de Granby.

Et ces mesures nécessiteront des débours de la part des municipalités concernées. Le plan prévoit qu'un montant de 435 000$ devra être dépensé au cours des 15 prochaines années par les municipalités autour du Granby ainsi que par la MRC de la Haute-Yamaska pour attendre l'objectif d'améliorer la qualité de l'eau du lac Boivin.

Parmi les mesures proposées, il est notamment question d'acquérir des bandes riveraines de la rivière Yamaska Nord, d'aménager des seuils dans des fossés pour ralentir l'écoulement de l'eau lors d'averses, d'aménager des bassins de sédimentation et des marais filtrants.

Une portion de 12% du bassin versant du lac Boivin est sur le territoire de Granby. Tout le reste se trouve au nord et à l'est du plan d'eau, sur le territoire des municipalités de Roxton Pond, Shefford, Saint-Joachim-de-Shefford, Warden et Waterloo.

D'importants efforts faits

Le maire de Shefford a souligné la qualité du plan présenté, félicitant la Ville de Granby de l'exercice de réflexion. Il s'est cependant dit étonné que les autres municipalités n'aient pas été consultées, bien qu'elles soient parties prenantes de l'enjeu. D'autant plus, a-t-il ajouté, que celles concernées investissent déjà des efforts en ce sens.

«On a fait beaucoup de choses pour améliorer nos cours d'eau. Le club de golf de Waterloo n'utilise plus de pesticides, on a réglé les problèmes des eaux usées dans le secteur de Frost Village, le camping de l'Estrie a modernisé ses installations sanitaires. Mais on n'a rien vu de ça hier (mardi lors de la présentation du plan). Les gens de Granby ne savent pas tout ce qui a été fait. Je trouve ça dommage», a-t-il dit. Il entend soumettre un mémoire à la Ville de Granby pour rappeler ces faits.

La municipalité de Roxton Pond n'a pas chômé non plus en matière de protection de l'environnement, soutient le maire Loignon. Il a cité les investissements de plusieurs millions de dollars ces dernières années pour compléter le réseau d'égout autour du lac Roxton. «On a réglé un gros problème avec ça. Il n'y a plus d'eaux usées qui vont dans le lac», a-t-il dit.

À Saint-Joachim-de-Shefford, les pratiques agricoles continuent de s'améliorer, assure le maire Beauregard. Lui-même agriculteur, il est d'avis que l'utilisation des pesticides et des engrais est mieux contrôlée. «Il faut continuer la sensibilisation», croit-il.

Le territoire de sa municipalité est composé à 70% de forêts, signale M. Beauregard. Ce couvert forestier permet de garder la température des cours d'eau basse, ce qui les protège, a-t-il dit. «On a une règlementation très sévère sur la coupe d'arbres. C'est important pour nous de le faire.»

Nous n'avons pu parler hier avec le maire de Waterloo et préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Pascal Russell, et le maire de Warden, Philip Tétrault.

Les deux autres municipalités de la MRC, Sainte-Cécile-de-Milton et Saint-Alphonse-de-Granby, ne touchent pas le bassin versant du lac Boivin.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer