Un pan d'histoire sauvé des flammes

Le garage situé à quelques pas seulement de... (Photo fournie par le SSI)

Agrandir

Le garage situé à quelques pas seulement de la résidence centenaire a été rasé par un incendie d'origine indéterminée, mardi soir.

Photo fournie par le SSI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Dunham) Les pompiers de Dunham ont réussi à sauver un pan de l'histoire de la municipalité, mardi soir, lors de l'incendie d'un garage. Celui-ci était situé à quelques pas seulement de l'ancien presbytère construit dans les années 1880 et transformé en résidence.

«Ils ont fait du bon travail», souligne Patrick Cournoyer, directeur du Service de sécurité incendie de Dunham.

Une dame qui marchait dans le secteur a alerté les pompiers, vers 20 h 10, en voyant des flammes sortir d'un garage de la rue Principale. Celui-ci était situé à cinq pieds de la maison ancestrale et à trois du garage appartenant au voisin, décrit le chef des sapeurs.

Des pompiers de la municipalité, qui étaient à l'entraînement à ce moment-là, sont arrivés sur place en neuf minutes, un délai qualifié par le chef de «très bon».

Près de 30 pompiers de Dunham, de Cowansville et de Bedford sont intervenus. D'autres sapeurs de Sutton et de Stanbridge East étaient de garde à la caserne. «Étant donné la proximité de la maison, on n'a pas pris de chance», explique M. Cournoyer au sujet de l'importance du déploiement.

Le feu était intense. À un moment, les flammes ont atteint une hauteur de 50 pieds. Une épaisse fumée obstruait la visibilité, rue Principale, forçant sa fermeture jusqu'aux environs de minuit.

Les pompiers ont concentré leurs efforts à éviter toute propagation à l'ancien presbytère et au garage voisin. «Les premières lances étaient pour protéger les autres bâtiments. Et il n'y a aucun dommage, aucune trace», se réjouit le directeur de la caserne.

Le garage, par contre, est une perte totale. Plusieurs objets y étaient entreposés, comme les portes ancestrales de la résidence. La valeur des dommages n'a pas été chiffrée par les pompiers, hier.

La cause du brasier est indéterminée. Les sapeurs ont écarté la thèse d'un geste criminel et d'un incendie d'origine électrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer