Concours québécois en entrepreneuriat : les lauréats locaux dévoilés

La responsable locale du concours québécois en entrepreneuriat,... (photo Stéphanie Mantha, collaboration spéciale)

Agrandir

La responsable locale du concours québécois en entrepreneuriat, Virginia Houle, et le DG du CLD Haute-Yamaska, Guy Coulombe, posent avec trois des lauréats, Jean-Philippe Doyon de l'Absintherie des Cantons, Catherine Grégoire de Zenniel Marketing, et Pascal Viscogliosi de Noburo. -

photo Stéphanie Mantha, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Les cinq lauréats locaux du volet création d'entreprise du 17e concours québécois en entrepreneuriat ont été dévoilés mercredi soir au Carrefour de la coopération de la Caisse Desjardins de Granby-Haute-Yamaska.

Ceux-ci ont tous obtenu leur laissez-passer pour le gala régional qui aura lieu le 30 avril prochain à Vaudreuil-Dorion où ils auront la chance de remporter les grands honneurs et d'ainsi représenter la région lors de la finale nationale.

En tout, ce sont 13 plans d'affaires que le CLD Haute-Yamaska a reçus pour ce concours qui vise à appuyer des entrepreneurs effectuant leurs premiers pas dans ce domaine.

«Il s'agit de mettre en valeur les nouvelles entreprises qui sont en démarrage ou en prédémarrage. Souvent, les entreprises que l'on retrouve dans les galas sont celles qui sont bien établies depuis plusieurs années. Là, on fait la promotion de celles qui en sont au tout début du processus», explique la responsable locale du concours, Virginia Houle.

«L'événement vise à les encourager. On souhaite leur donner une tape dans le dos et leur dire: "vous êtes à la bonne place, continuez votre travail"», poursuit-elle.

De l'absinthe au marketing

Dans la catégorie Bioalimentaire, le récipiendaire est l'Absintherie des Cantons récemment fondée par le Sheffordois Jean-Philippe Doyon, qui a eu un coup de coeur pour l'absinthe après y avoir goûté une première fois il y a trois ans.

«Ça a été une révélation et j'ai voulu en faire moi-même. J'ai peaufiné mon produit et je suis arrivé à un résultat assez satisfaisant. Je me suis dit qu'il fallait absolument que je fasse quelque chose avec ça», a raconté M. Doyon

Bannie en France en 1915, la vente de ce spiritueux, surnommé «La Fée Verte» en raison de sa couleur, est de nouveau autorisée dans l'Hexagone depuis 2011. Avec sa microdistillerie, M. Doyon souhaite le populariser dans la province en offrant une absinthe 100 % québécoise fabriquée à partir de la plante Artemisia Absinthium qui sera cultivée dans la région.

«Je trouve ça complètement incroyable. Je ne m'attendais pas à ce qu'on récompense quelque chose d'aussi audacieux. Je ne pensais pas que les gens seraient prêts pour l'absinthe au Québec. Il y a une ouverture et j'en suis très heureux. J'espère que ça va prendre son essor rapidement», a-t-il dit en remerciant ses parents qui sont aussi ses deux actionnaires.

Le prix Commerce a quant à lui été remis à la Granbyenne, Catherine Grégoire, dont la compagnie Zenniel Marketing se spécialise dans le marketing par courriel. Un domaine où il est maintenant un peu plus compliqué de faire sa place depuis l'introduction de la loi canadienne antipourriel l'été dernier.

«Je suis surprise, mais agréablement surprise. J'ai travaillé fort sur mon plan d'affaires et d'être récompensée par mes pairs, c'est le plus beau cadeau qu'on peut me donner. On a toujours besoin d'encouragement, surtout les entrepreneurs. Ça va être une fierté de pouvoir représenter la région», a noté Mme Grégoire.

Fibres d'asclépiade et espace collectif de travail

Le jury a aussi récompensé Janique Scott, de Granby, et son entreprise Fibre Monark dans la catégorie Exploitation, transformation et production. Sa jeune compagnie offre un isolant formé de fibres d'asclépiade, une plante indigène d'Amérique, qui se veut une solution de remplacement pour les isolants synthétiques contenant du pétrole.

L'entreprise Addition Québec, une plateforme sociale réunissant tous les adeptes d'entraînement physique, et son fondateur Maxime Meunier ont pour leur part été couronnés dans la catégorie Commerce.

Seul candidat en lice dans la catégorie Économie sociale, le Granbyen Pascal Viscogliosiira aussi à la finale régionale. Il pourra y présenter sa jeune entreprise nommée Noburo qui consiste en un espace collectif de travail partagé visant à rassembler plusieurs travailleurs autonomes dans un même endroit afin de leur permettre de sortir de la maison et de faire du réseautage.

Enfin, notons que l'entreprise Répérations SOS Lift, qui évolue dans le domaine du chariot élévateur, a été retenue pour le volet Réussite inc. Celui-ci vise à promouvoir d'anciens lauréats du concours qui sont aujourd'hui devenus des entreprises bien établies.

Cette compagnie granbyenne avait été lauréate locale et régionale lors de la deuxième édition de l'événement en 1999-2000 en plus de remporter un prix au niveau national. Si sa candidature est aussi retenue lors de la finale régionale du 30 avril, elle pourrait mettre la main sur une bourse de 10 000 $.

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer