Finale de la LHSCE: les Maroons en avance

Le gardien Kevin Lachance a failli mettre son... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Le gardien Kevin Lachance a failli mettre son club dans le pétrin samedi en faisant sortir délibérément son filet de ses amarres, ce qui a valu un tir de pénalité aux Maroons à une seconde de la fin du  match. Il a toutefois effectué l'arrêt pour permettre au Turmel de remporter une première victoire dans cette finale. -

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Waterloo) Les Maroons de Waterloo et le Turmel de Lac-Mégantic se sont chacun imposés sur la glace adverse au cours du long week-end de Pâques si bien que le club waterlois mène maintenant 2-1 en finale de la Ligue de hockey senior des Cantons-de-l'Est.

Après avoir tiré de l'arrière par trois buts, les Maroons ont d'abord rebondi avec cinq filets en troisième période vendredi soir pour remporter le second duel 5-3. Samedi, ce fut ensuite au tour du Turmel de revenir de l'arrière pour signer un gain de 2-1 à l'aréna Jacques-Chagnon.

Il s'en est toutefois fallu de peu pour que le Turmel se retrouve face à un balayage. Avec une seconde à écouler au match de samedi, le gardien de Lac-Mégantic, Kevin Lachance, a en effet délibérément déplacé son filet. L'arbitre a alors appelé un tir de pénalitédonnant une occasion en or à Waterloo de pousser le match en prolongation.

«À une seconde de la fin du match, je n'ai jamais vu ça de ma vie. Alex Côté, un marqueur prolifique, a été choisi pour faire le tir de pénalité, mais le gardien a réussi à harponner la rondelle avant même qu'il ne puisse tenter de faire sa feinte», a décrit l'entraîneur-chef des Maroons, Michel Deschamps.

Ce dernier n'était pas derrière le banc pour cette troisième rencontre de la finale en raison d'un incident survenu lors du match précédent. Alors qu'il quittait la patinoire vers le vestiaire entre la 2e et la 3e période, un partisan s'est hissé sur la baie vitrée et lui a craché en plein visage.

Choqué par le geste, Deschamps a tenté de l'agripper, ce qui lui a valu une suspension d'un match pour avoir eu une altercation avec un spectateur. «C'est assez ordinaire», a simplement commenté l'entraîneur-chef qui a préféré ne pas s'étendre sur le sujet.

Encore les unités spéciales

Pour revenir au match de samedi, Guillaume Pelletier a ouvert la marque pour Waterloo au premier engagement, mais Kevin Hamel a répliqué avec un but en supériorité numérique dans chacune des périodes suivantes pour donner une première victoire au Turmel dans cette finale.

 Les unités spéciales ont été un facteur déterminant dans la remontée du Turmel qui a bénéficié de pas moins de 13 avantages numériques dans cette partie. Les Maroons ont été blanchis en huit occasions.

«C'est dix minutes de plus qu'on a passé à 5 contre 4 et à 5 contre 3. On finit par être brûlés et c'est ça qui est arrivé samedi. C'est très difficile de prendre ton rythme quand tu prends 13 pénalités dans un seul match», a noté Deschamps.

Il a reconnu que sa troupe devra cesser de visiter le banc de pénalité à répétition si elle souhaite éviter de voir le scénario se répéter lors des prochains matchs.

«C'était tantôt mérité, tiré par les cheveux d'autres fois, mais on est responsables de ce qui est arrivé samedi. Il faudra prendre moins de pénalités de rudesse et on ne peut pas toujours y aller pour les mises en échec percutantes.»

Bryce Luker a effectué 44 arrêts pour les Maroons lors de ce revers tandis que Kevin Lachance a aussi bien fait en repoussant 41 tirs. Luker a finalement amorcé les deux matchs puisque le second gardien de Waterloo, Olivier Laliberté, souffrait d'un léger mal de dos.

«Luker a été exceptionnel. Il a été un joueur important dans ce match très serré. Il nous a offert toute une performance. Il n'a rien à se reprocher sur les deux buts. Il continue d'être à la hauteur de ce qu'on a besoin pour espérer gagner la finale»

Continuer de suivre le plan de match

Soulignant que son équipe avait remporté ses huit derniers matchs en séries avant la défaite de samedi, Deschamps ne prévoit pas apporter d'importants ajustements en vue de la quatrième rencontre de la finale.

«Il n'y a pas de raisons de paniquer, tout va bien pour nous. On va retourner à Lac-Mégantic avec énormément de confiance. Notre plan de match va très bien et on ne commet pas beaucoup d'erreurs en défensive. Il s'agit maintenant d'éviter de leur donner trop d'occasions en visitant trop souvent le cachot.»

Il devrait toutefois y avoir quelques changements dans son alignement puisque Derek Jacob a écopé d'une suspension pour s'être battu avec Pierre-Luc Bouchard samedi au moment où le sifflet final se faisait entendre.

 Il sera remplacé vendredi prochain par l'ancien joueur des Inouk, Samuel Robert, qui «en plus d'être intense, peut tout faire sur une patinoire», selon Deschamps. L'attaquant Maxime Roy pourrait aussi devoir s'absenter en raison de son travail, ce qui signifierait l'entrée en scène de Robin Quenneville.

Les deux clubs disputeront à nouveau deux matchs en deux soirs le week-end prochain. La quatrième partie sera présentée vendredi à 21 h à Lac-Mégantic tandis que le duel suivant aura lieu moins de 24 h plus tard, soit à 19 h 30 samedi, à l'aréna Jacques-Chagnon de Waterloo.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer