Péladeau à la rencontre de ses partisans

Pierre Karl Péladeau, candidat à la chefferie du... (photo Julie Catudal)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau, candidat à la chefferie du Parti québécois, était à La Grillade avec sa famille pour rencontrer ses partisans.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Saint-Alphonse-de-Granby) Le candidat à la chefferie du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, était de passage dans la région, samedi. Il a fait un arrêt à l'érablière La Grillade, le temps de manger un repas de cabane, avec sa famille, et de saluer ses partisans.

Appelé à se prononcer sur deux enjeux locaux, M. Péladeau a plaidé en faveur de la souveraineté économique et alimentaire.

Plusieurs citoyens de la région limitrophe à la frontière américaine avaient l'habitude, avant que le taux de change soit défavorable, de faire des courses de tous les jours chez les voisins du sud. Récemment, le budget du gouvernement québécois a baissé la taxe sur l'essence à proximité de la frontière pour favoriser l'économie québécoise.

«C'est un problème qui est fréquent dans les zones limitrophes avec les États-Unis, avec l'Ontario, a répondu M. Péladeau. Au moment opportun, nous aurons l'occasion de nous pencher sur cette question-là, je ne suis certainement pas en campagne électorale à l'heure actuelle, je suis en campagne à la direction du Parti québécois.»

Questionné davantage à ce sujet, il n'a pas voulu élaborer, sauf pour dire qu'il favorise la souveraineté du Québec, et donc de son économie, ainsi qu'il appuiera toute mesure visant à la renforcer.

Ruralité

Brome-Missisquoi est une région rurale et touristique, explique Jacques Landry, président du conseil exécutif du Parti québécois de Brome-Missisquoi. «Il ne faut pas laisser de côté les agriculteurs et, en ce sens, il y a de l'ouvrage à faire dans Brome-Missisquoi. Même si le ministre en titre de l'Agriculture habite Brome-Missisquoi, on sent qu'il y a beaucoup de plaintes des agriculteurs au sujet des coupures au niveau des subventions. Les agriculteurs dépendent beaucoup des subventions. Il y a eu un budget d'austérité, on constate que les agriculteurs ne sont peut-être pas satisfaits de leur ministre de l'Agriculture. Il (Pierre Paradis) a délégué quelqu'un pour faire le travail à sa place et les agriculteurs aimeraient mieux rencontrer le ministre qu'un délégué.»

«La souveraineté alimentaire, ça fait partie aussi de mon propos, dit pour sa part le député de St-Jérôme. Il y a eu une politique qui a été celle proposée par François Gendron (sous le gouvernement Marois), je pense que nous devons aller plus loin. C'est certainement quelque chose dont nous allons parler, particulièrement avec les surplus énergétiques et la capacité de faire en sorte de nous positionner pour diminuer les émissions de GES. Alors plutôt que d'aller chercher des fraises en Californie au mois de décembre, ça serait certainement plus agréable qu'on puisse les produire ici au Québec.»

En faveur des CLD ET DES CRÉ

Pierre Karl Péladeau a profité de son passage pour rappeler l'importance des centres locaux de développement, dans une mêlée de presse. Les petites et moyennes entreprises sont les plus grands créateurs d'emplois, dit-il. «On constate que la politique actuellement du gouvernement libéral est de justement cesser de les accompagner, déplore-t-il. Nous avons une histoire, un profil socioéconomique qui requiert un accompagnement.»

Il plaide le rétablissement des CLD et des CRÉ pour favoriser l'entrepreneuriat.

Bain de foule

Le candidat à la direction du PQ qui, selon a son équipe, a franchi le cap des 10 000 adhésions ou renouvellements depuis le lancement de sa campagne, a littéralement pris un bain de foule à La Grillade. Dès son entrée, il a eu droit à des applaudissements et les gens se sont massés autour de lui pour lui serrer la main.

Ses partisans semblent avoir une foi sans bornes en lui. «Je pense qu'il offre plus, il offre quelque chose que les gens du parti attendaient depuis longtemps, croit Richard Labelle, un sympathisant d'Orford. C'est un homme qui avance comme un homme d'affaires.»

Mario Blanchard, impliqué dans l'exécutif du PQ de Granby, croit que le candidat mènera le Québec vers l'indépendance. L'exécutif en soi, tout comme celui de Brome-Missisquoi, reste neutre, même si chacun de ses membres peut se prononcer.

Pierrette St-Onge, de Cowansville, était là «pour la souveraineté du Québec». «Et je veux rencontrer mon candidat, qui est le meilleur, affirme la dame. M. Péladeau est sincère, ça paraît. Il a beaucoup de charisme.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer