incendie d'un duplex au centre-ville : tout perdre... pour la deuxième fois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Granby) Tout perdre dans un incendie est une épreuve particulièrement difficile à vivre. Devoir recommencer à zéro pour une seconde fois, ça l'est encore plus.

C'est la situation dans laquelle se retrouve le Granbyen Alexandre Rodrigue, qui a vu ses biens partir en fumée lors de l'incendie ayant ravagé hier après-midi un duplex de l'avenue du Parc, près de la piscine Miner à Granby.

«Ça fait deux fois en quatre ans qu'on perd tout. C'est tough. Ma conjointe était seule dans l'appartement quand elle a vu de la fumée et un peu de feu qui s'échappaient des calorifères. Elle n'a rien pu faire à part téléphoner au 911», a raconté M. Rodrigue, sonné par le drame qu'il venait de vivre.

Ce dernier et sa copine, Cindy Ouellette, résident dans l'appartement au rez-de-chaussée qui a été sérieusement endommagé par l'eau et la fumée. Ils n'étaient pas assurés et devront vraisemblablement repartir de rien à la suite de ce violent incendie.

Les plus gros dommages sont toutefois survenus dans le logement situé au deuxième étage. C'est à cet endroit que les pompiers ont concentré leur intervention alors que d'importantes flammes s'échappaient toujours du toit, une heure après leur arrivée sur les lieux.

La locataire, qui était au travail au moment où le brasier a pris naissance, n'a pu que constater les dégâts lors de son retour à la maison. Son chien a été extirpé de l'immeuble juste à temps par les pompiers.

«Elle n'était pas chez elle. On l'a vue arriver alors qu'on était à l'extérieur. Elle est repartie rapidement avec son chien en pleurant», a indiqué M. Rodrigue, dont la famille a été prise en charge par la Croix-Rouge tout comme sa voisine du haut.

Un incendie d'origine indéterminée

La cause du brasier, qui a jeté quatre personnes à la rue, demeurait toujours inconnue hier au moment de mettre sous presse. «On sait que l'incendie a débuté à l'arrière du bâtiment, mais le point d'origine n'a pas encore été établi», a expliqué le technicien en prévention d'incendie, Patrick Normandin.

Plus d'une trentaine de pompiers du service des incendies de Granby ont été déployés sur place pour combattre les flammes qui se sont déclarées vers 14 h. Il leur a fallu près de deux heures pour prendre le contrôle du brasier, qu'ils ont complètement éteint aux alentours de 18 h 30.

Preuve de l'intensité de l'incendie, un imposant nuage de fumée était visible à plusieurs kilomètres à la ronde. Des dizaines de curieux se sont arrêtés pour observer la scène alors que les sapeurs faisaient de leur possible pour limiter les dégâts.

Les pompiers ont eu recours à un camion-échelle en plus de se déployer sur le toit de l'immeuble adjacent afin de maîtriser les hautes flammes sortant de la toiture. Des ambulances ont aussi été appelées sur les lieux par mesure de précaution. On ne rapporte cependant aucun blessé.

«Je ne sais pas si on peut parler d'une perte totale, mais l'immeuble est lourdement endommagé. Les dommages doivent s'élever à environ 150 000 $», a pour sa part affirmé le directeur du service des incendies de Granby, Pierre Lacombe.

Les pompiers effectueront maintenant des recherches plus exhaustives afin d'identifier ce qui a provoqué le début de l'incendie. «C'est présentement considéré comme étant d'origine indéterminée. Pour l'instant, nous n'avons rien trouvé qui nous amène vers la piste d'un incendie criminel», a précisé M. Lacombe.

En plus de l'électricité qui a été coupée pendant un bon moment pour permettre aux pompiers de faire leur travail, l'avenue du Parc a été fermée à la circulation durant quelques heures entre la rue Saint-Antoine et la rue Saint-Charles. 

Tous les détails dans notre édition de jeudi

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer