«On ne traversera plus»

La taxe sur l'essence baissera de 4 cents... (photo Julie Catudal)

Agrandir

La taxe sur l'essence baissera de 4 cents le litre le 1er avril au Petro T, à Saint-Armand. La réduction totale atteindra 12 sous.

photo Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Saint-Armand) La baisse de la taxe sur l'essence pour les stations-service à proximité des frontières américaines fera des heureux. La mesure, inscrite dans le dernier budget Leitão, entrera  en vigueur le 1er avril. Son but: garder au Québec les consommateurs qui sortent du pays pour faire le plein.

«Tant mieux si c'est ça, commente à brûle-pourpoint Agnes Perron, une citoyenne de Philipsburg, rencontrée samedi à Saint-Armand. On n'a déjà rien ici, on est un coin oublié. Je suis bien contente!» Elle croit que la baisse fera des jaloux ailleurs au Québec.

Il y a de quoi. Des exemples? Les postes d'essence situés à moins de 5 km de la frontière américaine devront appliquer une baisse de 4 cents, qui s'ajoute à la réduction déjà en cours de 8 cents le litre. Au bout du compte, les automobilistes paieront donc en taxes 12 cents le litre de moins qu'ailleurs au Québec. Ce sera le cas aux stations de Saint-Armand et de Frelighsburg.

Pour celles situées de 5 à 10 km des frontières, la diminution, (incluant le rabais en cours) atteindra 9 sous; elle sera de 6 cents pour les stations implantées à une distance entre 10 et 15 km.

Pour les postes d'essence situés entre 15 à 20 km de la frontière, un sou de plus sera enlevé à la taxe sur l'essence, pour un total de trois.

Il n'est toutefois pas clair, dans le budget, si la distance est calculée à vol d'oiseau ou par la route entre les stations d'essence et le poste frontalier le plus proche.

Rester ici

«Si j'ai hâte de voir ça? Oui j'ai hâte de voir ce que ça va donner à la pompe, confie Nicolas Campbell, un père de famille de Philipsburg. J'avais l'habitude d'aller aux États-Unis, mais avec le taux de change, j'ai recommencé à venir ici.»

Rencontré au Sergaz, Danny Turner était bien heureux, également, de cette baisse à venir. Lui aussi allait à l'occasion faire le plein chez nos voisins, mais moins fréquemment depuis que le taux de change n'est pas favorable. «D'après moi, si ça baisse vraiment comme ils annoncent, on ne traversera plus. C'est plus avantageux de rester ici.»

À l'intersection du chemin de Saint-Armand et du chemin Dutch (route 235), le garage n'achète pas l'essence, fournie par Petro T, qui définit par le fait même le prix. «On est à commission. C'est sûr que si on descend, on va garder l'économie au Canada, analyse Martin Chevalier, propriétaire. C'est sûr que ça va aider.»

Pour l'économie

L'objectif est effectivement de garder les consommateurs au Québec. «Cette réduction vise à soutenir la position concurrentielle des détaillants d'essence québécois dont les établissements sont situés dans ces régions dites frontalières, par rapport à celle de leurs compétiteurs des juridictions limitrophes où le prix de l'essence est moins élevé en raison essentiellement d'une taxation moindre» lit-on dans le document intitulé Renseignements additionnels 2015-2016 sur le site Web de Finances Québec.

L'écart de taxation entre le Québec et les États-Unis s'est accru au fil des ans, si bien que les détaillants près des frontières ne sont plus compétitifs. La baisse de la taxe sur l'essence vise à aider ces stations-service. Le taux général de la taxe sur l'essence est de 19,2 cents le litre.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer