un homme de 77 ans sauvé par un déneigeur : «Je serais mort gelé sans lui»

Le déneigeur Yves Lafontaine était bien heureux d'avoir... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le déneigeur Yves Lafontaine était bien heureux d'avoir des nouvelles de René Benoit, un Joachimien à qui il a porté secours après qu'il fut tombé d'une échelle.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Saint-Joachim-de-Shefford) René Benoit peut remercier sa bonne étoile. Récemment, le septuagénaire a chuté d'une échelle et s'est retrouvé cloué au sol par un froid glacial. N'eût été l'intervention du déneigeur Yves Lafontaine, il est persuadé qu'il ne serait plus là aujourd'hui pour raconter sa mésaventure.

«Je serais mort s'il ne m'avait pas trouvé», affirme sans équivoque le Joachimien, attablé en compagnie de celui qui l'a sauvé dans l'après-midi du 12 février dernier.

Ce jour-là, l'homme de 77 ans a entrepris de déglacer la toiture du balcon avant de sa résidence. Équipé d'une hache, il est monté dans l'échelle appuyée contre sa maison et s'est mis au boulot. Pendant qu'il frappait la glace d'une main, il se retenait avec l'autre, agrippée à la gouttière.

 Sans préavis, celle-ci a soudainement cédé.

«J'étais à quatre ou cinq pieds quand la gouttière a lâché, raconte René Benoit. Je suis tombé sur le dos sur mon terrain.»

Souffrant, il a tenté à plusieurs reprises de se relever pour se réfugier chez lui, sans succès. Le mercure oscillait entre -15 et -20 degrés Celsius à ce moment-là et la noirceur pointait à l'horizon. Il a entrevu alors le pire scénario.

Après une dizaine de minutes exposé au grand froid, l'homme, qui vit seul, a entendu la déneigeuse rouler dans le rang. «Avec le banc de neige à l'avant de la maison, j'ai vu le bout d'une main qui dépassait. Je pensais qu'il me saluait, mais en voyant l'échelle et la gouttière tombées, j'ai compris qu'il s'était passé quelque chose», relate Yves Lafontaine, un employé de l'entreprise Excavation LG, au volant du véhicule en question.

Il s'est aussitôt précipité auprès de l'homme âgé. Celui-ci refusait que les secouristes soient alertés. Avec l'aide d'un voisin, Arnold Renaud, appelé en renfort, il est parvenu à le lever et le transporter au chaud dans sa maison. Plus tard ce jour-là, les paramédicaux ont été avisés et M. Benoit a été transporté à l'hôpital.

Sérieusement blessé

Sa chute l'a sérieusement amoché. Il a notamment subi des fractures à huit côtes. Son état de santé a nécessité une hospitalisation de quatre semaines.

De retour chez lui, René Benoit se remet de ses blessures. Il doit maintenant marcher à l'aide d'un déambulateur. Souhaitant à tout prix remercier celui qui l'a sauvé, dit-il, il a fait quelques recherches pour le retracer, avec succès. Reconnaissant, le septuagénaire n'a que de bons mots pour le déneigeur. «Je serais mort gelé sans lui», répète-t-il.

«Ça finit très bien! Je me suis certainement fait un nouvel ami», enchaîne-t-il.

Yves Lafontaine était visiblement heureux d'avoir des nouvelles de celui qu'il a aidé instinctivement et tout naturellement. Il l'a revu pour la première fois cette semaine. «Je ne savais pas ce qui lui était arrivé, comment allait-il?», dit-il, fier d'avoir posé ce geste.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer