Création de réserves naturelles en milieu privé : l'initiative de la Ville reconnue

Aux yeux du maire Bonin, le parc des... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Aux yeux du maire Bonin, le parc des Boisés Miner n'est rien de moins que le «Central Park» de Granby.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les efforts concertés de la Ville de Granby et de l'organisme Corridor appalachien afin de créer des réserves naturelles en milieu privé aux Boisés Miner et au lac Coupland ne sont pas passés inaperçus. La Ville a récemment remporté un prix «reconnaissance» de Villes et villages à la rescousse.

Cette cérémonie de remise des prix, qui en était à sa cinquième édition, souligne la collaboration entre le monde municipal et celui des organismes de conservation pour la protection des espèces en péril et de leurs habitats. Sept prix reconnaissance et trois prix spéciaux ont été remis à des lauréats de six régions administratives du Québec, selon le communiqué émis hier par la Ville de Granby.

Le maire de Granby, Pascal Bonin, s'est dit «très fier» de ce prix, car les démarches visant la création des deux réserves naturelles en milieu privé, entreprises l'an dernier par la Ville, sont loin d'être banales.

À ses yeux, le parc des Boisés Miner n'est rien de moins que le «Central Park» de Granby. «Pour moi, c'est une immense réserve en plein milieu de la ville. Si on regarde sur une carte, c'est presque au centre-ville. C'est exceptionnel. Et on a d'autres plans et d'autres projets sur la table», a-t-il commenté hier.

Le maire se réjouit également que la Ville ait trouvé une façon pour que les citoyens deviennent «propriétaires» de l'endroit. À perpétuité. «C'est cadenassé. Et on ne se rappelle même plus qu'il y a eu des chicanes... Des fois, je fais des mauvais coups et je le dis. Mais celui-là, c'en était un bon», lance Pascal Bonin.

Protégés

Les démarches de la Ville et de Corridor appalachien, l'organisme chargé d'effectuer les démarches légales auprès du gouvernement du Québec pour la reconnaissance du territoire, permettront de protéger 79 hectares aux Boisés Miner et 148 hectares sur sa propriété du lac Coupland, qui comprend un réservoir d'eau potable - la deuxième source d'approvisionnement de la Ville - sur le mont Shefford.

Ces gestes contribueront entre autres au maintien des populations de salamandres pourpres (espèce menacée au Canada et vulnérable au Québec), d'ail des bois (désigné vulnérable au Québec), de noyer cendré (en voie de disparition au Canada) et, possiblement de campagnol des rochers (susceptible d'être désigné menacé ou vulnérable au Québec). Une occurrence de cette dernière espèce aurait été confirmée à proximité des Boisés Miner.

La directrice générale de Corridor appalachien, Mélanie Lelièvre, a affirmé, par voie de communiqué, qu'on «entend souvent de belles paroles en matière d'environnement, mais poser des gestes concrets comme le fait la Ville de Granby, ça relève d'un vrai leadership qu'on doit saluer».

Les nouvelles réserves naturelles en milieu privé n'ont pas encore été proclamées par la Gazette officielle du Québec, étape finale du processus. Mais ça ne saurait tarder, estime le maire Bonin.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer