Le cégep perd son directeur général

«C'est une belle opportunité qui se présente et... (photo Janick Marois)

Agrandir

«C'est une belle opportunité qui se présente et qui me permettra d'élargir mon champ de connaissances», dit Sylvain Lambert, qui se retrouvera aux commandes du Cégep Édouard-Montpetit cet été.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Après plus de 20 ans passés au Cégep de Granby, d'abord comme enseignant puis comme directeur général, le temps est venu pour Sylvain Lambert de relever d'autres défis.

À partir du 3 août, il sera à la tête du plus grand établissement collégial au Québec, le Cégep Édouard-Montpetit, à Longueuil, qui comprend aussi l'École nationale d'aérotechnique (ENA). Une nomination qui le réjouit. «C'est une belle opportunité qui se présente et qui me permettra d'élargir mon champ de connaissances», indique le cadre de 46 ans, joint hier.

Un plus grand cégep signifie plus de complexité et de décisions, mais aussi plus de moyens. L'ENA reçoit des millions en investissements et joue un rôle important à l'international, tandis que le Cégep Édouard-Montpetit est particulièrement bien pourvu en installations sportives, donne M. Lambert en exemple. Il a aussi «une belle carte de programmes au niveau de la santé».

Le nouveau dg ne craint pas les étudiants de l'endroit, réputés plus militants. «À partir du moment où on établit de bonnes relations et de bons dialogues, je n'ai pas d'inquiétude dans ce sens-là», dit-il.

Diplômé de l'Université de Sherbrooke en littérature, en communications et en enseignement, Sylvain Lambert estime que sa réputation de gestionnaire ouvert et près des étudiants a joué en sa faveur. «On m'a dit que c'est ça qui a fait la différence», dit-il. Il succède à Serge Brasset, qui tire sa révérence après neuf ans à Édouard-Montpetit.

Dans un communiqué, le cégep souligne avoir été «particulièrement impressionné par le degré d'attachement à la mission des cégeps» de M. Lambert, par «sa vision du développement, sa croyance en la capacité du travail d'équipe» ainsi que par «son attitude respectueuse envers les personnes».

Succession

Décrit comme «intelligent, créatif et souple», M. Lambert entame donc un mandat de cinq ans. Idéalement, son successeur à Granby sera connu tôt afin d'éviter que le cégep se retrouve sans direction. Les candidats de qualité ne manquent pas, dit le dg. «Il y a des gens compétents dans notre organisation et dans le réseau. Une chose est sûre, ça prend de grandes habiletés et un habile communicateur.»

Le conseil d'administration du cégep a été informé de son départ et un concours sera ouvert afin de pourvoir le poste.

Originaire de Sherbrooke, Sylvain Lambert n'entend pas déménager tout de suite de Granby. «Je veux prendre le temps d'atterrir, dit-il. Mes enfants ont quitté la maison, alors ça me donne une certaine liberté. Mais à long terme, oui, je veux déménager.»

Celui qui a aussi un album de chansons à son actif entend continuer d'écrire et de chanter, à ses heures. «Ça fait partie de mon équilibre de vie, dit-il. Je leur ai dit, d'ailleurs: vous avez un dg qui a un côté artiste et qui s'assume complètement!»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer