Objectif : assurer la pérennité

Martin Cauchon a rencontré les employés de La... (photo Alain Dion)

Agrandir

Martin Cauchon a rencontré les employés de La Voix de l'Est hier, dans le cadre de sa tournée des six quotidiens régionaux qu'il vient d'acquérir avec le Groupe Capitales Médias.

photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Martin Cauchon s'est voulu rassurant. Le nouveau propriétaire de La Voix de l'Est et de cinq autres quotidiens régionaux était de passage à Granby, hier, pour rencontrer les employés afin de répondre à leurs questions et de faire connaître sa vision à court et long terme du journal. Le papier n'est pas mort, mais un avenir numérique n'est pas éclipsé pour autant.

Même s'il ne quittera pas complètement le cabinet d'avocats dont il fait partie, l'ex-politicien assure vouloir investir 120% de son énergie dans son nouveau groupe de presse, Groupe Capitales Médias. Le nouveau patron de presse vise à redonner ses lettres de noblesse à l'information régionale, cruciale pour la société.

«Je suis un gars des régions, qui n'en est jamais vraiment sorti dans son for intérieur, et j'ai fait de la politique, comme vous le savez, évoque M. Cauchon. Donc je connais bien le milieu des médias, mais je ne le connais pas de votre côté, je n'ai pas cette prétention. Mais je peux certainement avoir la prétention d'avoir la passion des régions et également la passion des médias pour ce que ça apporte pour une société. Si vous regardez tous les six journaux, c'est essentiellement une partie de notre patrimoine québécois, c'est l'histoire du Québec qu'on a entre les mains.»

Il est convaincu que, dans cinq ans, les équipes des quotidiens, mais aussi des hebdomadaires, comme Le Plus, seront fières du chemin parcouru et qu'on parlera de la presse en région comme d'une «force incontournable».

un modèle rentable

Martin Cauchon et le président directeur général du Groupe Capitales Médias, Claude Gagnon, sont conscients que des défis de taille attendent la presse papier dans l'avenir. Ils croient tous deux que le papier n'est pas mort.

«Le modèle des médias régionaux est un modèle qui est rentable, relève M. Cauchon. Maintenant, cela étant dit, comme entreprise on a nos défis, et le défi est dans le secteur du média papier. L'érosion est commencée depuis des années, (mais) ça semble se stabiliser: il y a des marchés, par exemple aux États-Unis, où on parle de stabilisation maintenant. Néanmoins, la réalité c'est que dans l'ensemble des régions, l'érosion du papier se fait de façon beaucoup moins rapide (qu'à Montréal).»

Le nouveau groupe médiatique se penchera sur la question. Une entente avec Gesca permettrait à Groupe Capitales Médias d'utiliser la technologie de La Presse +, mais elle est coûteuse, ajoutent les hommes d'affaires. Le modèle tablette électronique n'est pas pour autant écarté, mais pourrait être un complément du journal imprimé. «Je crois qu'éventuellement, on pourra terminer notre course avec un modèle qui sera hybride pour continuer à desservir notre communauté», avance Martin Cauchon.

Les lecteurs de La Voix de l'Est verront peu de différences dans les semaines à venir, sauf peut-être en ce qui a trait au site Internet. Présentement, un internaute qui passe par le site Web de La Presse doit se rendre au bas complètement pour trouver un petit onglet menant à La Voix de l'Est ou un autre quotidien régional. Or, MM. Cauchon et Gagnon font une priorité de redorer l'image des journaux sur Internet et de les rendre plus visibles.

Emplois

Questionné sur les emplois, Martin Cauchon admet qu'il y aura une «rationalisation».

«Dans notre cas à nous, c'est une question de survie et de pérennité. Le modèle est en transition et c'est un euphémisme. Je pense que oui, il y aura des rationalisations, on ne s'en sortira pas. Parce que l'élément premier pour nous, c'est la pérennité du journal, de s'assurer que dans cinq ans il va y avoir un journal et un journal de qualité.»

Un lac-à-l'épaule réunira d'ici deux semaines la direction de chacun des journaux. On y discutera de différents enjeux, notamment la rationalisation et le modèle d'affaires. «Ce sera le temps pour nous de mettre en place notre premier plan de 100 jours, de voir comment on va aborder la négociation avec les syndicats, l'état des lieux, en d'autres termes. Ensuite de ça, j'aurai une meilleure perception de l'état des choses», dit Martin Cauchon.

Les discussions pour le renouvellement de 15 des 17 conventions collectives du groupe, dont celle du Syndicat national des employés et des employées de La Voix de l'Est, toutes échues depuis le 31 décembre 2014, doivent commencer dans les prochaines semaines.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer