Une relance à l'horizon pour le secteur industriel de la Haute-Yamaska

NSE Automatech a réalisé un investissement de 4... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

NSE Automatech a réalisé un investissement de 4 millions $ en 2014 pour réunir sous un même toit les employés et les activités de l'entreprise autrefois répartis dans deux usines.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le nombre d'emplois industriels moyens a diminué dans la Haute-Yamaska et à Granby en 2014. Mais les investissements ont connu un sommet inégalé, selon la dernière enquête annuelle de Granby Industriel. Compte tenu du contexte, les entreprises de la région ont bien performé, estime le directeur général de l'organisme de développement économique, Patrick St-Laurent.

«Il y a eu une baisse des emplois net, mais on est encore correct. Quand on voit les investissements réalisés en 2014, on se dit que les industriels préparent leur relance», a fait valoir hier M. St-Laurent lors de la présentation des résultats de l'enquête industrielle et du rapport annuel.

De façon plus précise, la Haute-Yamaska a enregistré en moyenne une perte de 168 emplois net en 2014, dont 115 à Granby. Cela représente une baisse de 1,68% en Haute-Yamaska et de 2,46% à Granby. Après avoir augmenté en 2013, le nombre total d'emplois moyen est pratiquement revenu au même niveau qu'en 2012, soit à 9804 emplois dans la Haute-Yamaska et à 8609 à Granby.

Le nouveau commissaire industriel, Éric Tessier, note pour sa part que lorsque la baisse est en deçà de 3%, «on peut parler de stabilité au niveau de l'emploi». Selon lui, les pertes observées sont davantage le résultat «d'ajustements conjoncturels» que «le signe d'une tendance à long terme». «La vigueur des industries et la forte croissance des investissements en sont la preuve», dit-il. La faiblesse du dollar canadien face à la devise américaine devrait aussi favoriser les exportations et engendrer de la création d'emplois au niveau industriel, ajoute M. Tessier.

Investissements

Les investissements ont, pour leur part, connu une hausse de 19,8% en Haute-Yamaska par rapport à 2013, pour atteindre un montant total de 97,3 millions$, dont 85,5 millions$ à Granby. Avec des investissements respectifs de 23 millions$ et de 18,5 millions$, les secteurs des produits métalliques et des plastiques et caoutchoucs ont été actifs. Même chose pour les créneaux d'excellence du parc industriel, soit l'aéronautique (16,6 millions$ d'investissements), de même que le transport et les véhicules spéciaux (22,2 millions$).

Ces résultats sont la somme de plusieurs projets d'investissements, note Patrick St-Laurent. Mais, de façon générale, quatre entreprises ont transféré leurs activités dans le parc industriel et deux nouvelles s'y sont implantées. Six bâtiments industriels ont aussi été construits ou agrandis.

Selon Patrick St-Laurent, le parc industriel de Granby est mieux positionné que jamais pour composer avec la croissance. «On a donné une identité, un branding, au parc industriel avec ses créneaux d'excellence. On a travaillé les outils promotionnels, dont un guide d'implantation et une vidéo 3D. On est rendus à vendre Granby au niveau régional et international. On va d'ailleurs accompagner les entreprises à Aeromart Montréal et au Salon du Bourget à Paris», relève le directeur général de Granby Industriel.

Nouveaux terrains

Actuellement, il n'y a plus que trois terrains industriels à vendre, souligne M. St-Laurent. Mais l'agrandissement du parc industriel du côté du chemin Bousquet est une excellente nouvelle, selon lui. Un terrain a d'ailleurs déjà trouvé preneur et devrait accueillir un bâtiment de 18 000 pieds carrés. Les détails de cet investissement seront toutefois connus plus tard, dit-il.

L'incubateur industriel continue par ailleurs à afficher complet. Ceptek Technologies y loge depuis juillet dernier et deux incubés devraient s'installer dans le parc industriel au cours des prochains mois: Materium et Protec-Style.

La relève entrepreneuriale demeure malgré tout un défi important, précisent Patrick St-Laurent et Éric Tessier. L'enquête industrielle a démontré que 60% des entrepreneurs âgés de 56 ans et plus n'ont pas de relève identifiée et 66% n'ont pas de plan de relève. À ce titre, les efforts de sensibilisation pour amorcer un processus de relève se poursuivront en 2015, disent-ils. «Il y a des releveurs. Ce sont souvent les cédants qui ne sont pas prêts», glisse M. Tessier.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer