Secteur du Mont shefford : travaux majeurs d'Hydro-Québec

À Shefford, une forte proportion des pannes d'électricité... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

À Shefford, une forte proportion des pannes d'électricité sont causées par la chute de branches ou d'arbres sur des lignes aériennes, souvent à la suite d'événements climatiques comme de forts vents, des épisodes de verglas ou des chutes de neige mouillée.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Shefford) La végétation abondante de Shefford cause des maux de tête à Hydro-Québec. La société d'État entreprendra cet été d'importants travaux de nettoyage dans ce secteur et sur toute une ligne en provenance du poste Waterloo, qui traverse également les municipalités de Waterloo et Bromont. Une intervention qui inquiète la municipalité de Shefford.

«On vise la ligne au complet, qui couvre notamment le mont Shefford. Il s'agit d'un secteur très boisé, que nous souhaitons dégager», confirme une porte-parole d'Hydro-Québec, Geneviève Dufort.

Pour assurer la sécurité du public et réduire le nombre de pannes, Hydro-Québec doit donc élaguer les arbres pour dégager les branches près des fils à moyenne tension et couper les arbres malades ou fragilisés qui risquent de tomber sur des fils du réseau, précise-t-elle.

L'intervention touchera près de 2000 clients alimentés par cette ligne.

Le maire de Shefford, André Pontbriand, affirme que cette intervention est loin d'être idéale. «Hydro touche une partie importante de Shefford, soit son couvert forestier. En milieu boisé, ils font un couloir de 5 mètres de large le long de la ligne», affirme-t-il. La municipalité a même demandé l'avis de ses avocats, qui l'ont avisée qu'elle n'avait pas les pouvoirs nécessaires pour empêcher de tels travaux.

«On voulait vérifier, car c'est une problématique sérieuse pour nous. Mais on n'a pas de moyens d'empêcher cela. Ils ont tous les pouvoirs pour maîtriser la végétation aux abords des emprises. On est déçus, mais on a aussi le devoir de protéger nos citoyens, en cas de verglas par exemple», ajoute M. Pontbriand, qui fait remarquer que dans quelques cas, la ligne électrique passe directement sur des terrains privés.

Lettres

Tous les abonnés visés par ces travaux ont reçu une lettre signée conjointement par un responsable d'Hydro-Québec et par leur municipalité. On y apprend notamment que la majorité des pannes survenues dans le secteur du mont Shefford ont été causées par la végétation à proximité des fils.

Selon Hydro, près de 40% des pannes d'électricité sont causées par la chute de branches ou d'arbres sur des lignes de distribution aériennes. Cette proportion monte à 70% dans les secteurs boisés comme Shefford. La plupart de ces pannes se produisent à la suite d'événements climatiques comme de forts vents, des épisodes de verglas ou des chutes de neige mouillée.

«Plus la végétation est dense et près du réseau électrique, plus il devient délicat pour les travailleurs d'Hydro-Québec d'intervenir», indique la lettre.

Parallèlement à cette missive, un technicien forestier entrera directement en contact avec les propriétaires qui ont sur leur terrain des arbres jugés dangereux. Avant de les abattre, Hydro-Québec doit d'abord obtenir leur consentement, explique Geneviève Dufort. «On ne touche pas aux arbres sans leur autorisation, sinon on ne fait qu'élaguer les branches», assure-t-elle.

Les travaux qui seront effectués dans le secteur du mont Shefford ne sont pas comparables, toutefois, aux simples opérations d'élagage qui se tiennent ponctuellement un peu partout dans la province. «Ce sont des travaux plus particuliers, car la végétation y est plus présente», précise-t-elle.

Mme Dufort se fait toutefois rassurante: le but des travaux n'est pas d'éliminer toute la végétation présente, «mais uniquement celle qui est incompatible avec une exploitation fiable du réseau». Trois méthodes s'offrent à Hydro: l'élagage, l'abattage et le déboisement.

Celle-ci refuse de parler de coupe à blanc, mais avoue que certaines portions devront être dégagées de chaque côté de la ligne. «Dans certains secteurs boisés comme le mont Shefford, ce sera plus visible sur le coup, mais la végétation va repousser.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer