CLD Brome-Missisquoi : les maires trancheront en juin

«Les maires veulent attendre pour voir quel montant... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

«Les maires veulent attendre pour voir quel montant la MRC recevra. Ils décideront ensuite quel sera le meilleur véhicule pour promouvoir l'économie», a souligné Robert Desmarais, directeur général de la MRC et du CLD Brome-Missisquoi.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) L'avenir du Centre local de développement Brome-Missisquoi se jouera dans les trois prochains mois. Les maires de la MRC, principal bailleur de fonds de l'organisme, décideront alors s'ils conservent le CLD ou l'abolissent.

Pendant que des MRC ailleurs au Québec ont déjà statué sur le sort de leur CLD, plusieurs annonçant leur démantèlement prochain, le conseil des maires de la MRC Brome-Missisquoi préfère attendre, avant de se prononcer, de connaître les modalités du futur programme de subventions au développement régional du gouvernement du Québec.

La semaine dernière, Québec a annoncé qu'une enveloppe de 100 millions de dollars sera investie dans les régions pour assurer leur développement économique. Les modalités du programme, soit la répartition des montants par région et MRC ainsi que les objectifs à atteindre, n'ont pas été dévoilées. Elles devraient être connues quelques semaines après l'adoption du budget lors de l'étude des crédits accordés aux différents ministères, vers la fin du mois de mai.

«Les maires ne veulent pas prendre de décision hâtive et se tromper. Le portrait n'est pas encore clair», a souligné Robert Desmarais, directeur général de la MRC. «Les maires veulent attendre pour voir quel montant la MRC recevra. Ils décideront ensuite quel sera le meilleur véhicule pour promouvoir l'économie», a expliqué celui qui agit depuis peu comme directeur général du CLD.

L'adoption du projet de loi 28, sur l'équilibre des finances publiques du Québec, influencera également la décision du conseil des maires. Le projet de loi renferme une kyrielle d'éléments afin que la province atteigne le déficit zéro, dont l'abolition de quelques organismes et structures comme les conférences régionales des élus et des compressions budgétaires dans d'autres, comme les CLD.

Pour les seuls CLD, les compressions totalisent 72 millions de dollars.

Le nouveau programme de développement économique des régions s'accaparera des budgets naguère consentis aux CLD, des fonds du pacte rural, des subventions de fonctionnement versées aux MRC ainsi que les budgets réservés à l'embauche d'agents de développement rural.

L'ensemble de ces subventions et activités coûtait 200 millions de dollars à l'État québécois avant les compressions et les restructurations.

Les changements sont si nombreux que la direction de la MRC Brome-Missisquoi ignore comment le tout affectera les subventions qu'elle reçoit habituellement de Québec. «On ne sait pas si on va en avoir plus, moins, ou si ça sera le statu quo», a dit M. Desmarais.

D'ici à ce que tout se précise, les employés du CLD continueront de travailler au développement économique de la région, a-t-il indiqué.

Dernière AGA?

Par ailleurs, le CLD Brome-Missisquoi tiendra mardi ce qui pourrait être sa dernière assemblée générale annuelle. L'événement aura lieu à la Place Excelsior (110, de la Rivière) à Bedford, à 16 h.

Lors de la soirée, les dirigeants du CLD dévoileront les résultats de leurs activités et feront un bilan économique de la région.

Pierre Cléroux, de la Banque de développement du Canada, sera le conférencier. Une table de discussion suivra, réunissant Christian Larouche, de IBM Canada, Carl Ward, de Roulement Koyo Canada, et Christian Martin Proulx, de la Brasserie West Shefford.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer