Procès de Jean Boissonneault: une victime aurait été leurrée par un cadeau

Jean Boissonneault est accusé d'agression sexuelle sur quatre... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

Jean Boissonneault est accusé d'agression sexuelle sur quatre mineures.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le remorqueur et ex-coureur automobile Jean Boissonneault aurait attiré une de ses victimes chez lui avec la promesse de lui donner un «manteau de course». Mais le don n'a pas eu lieu.

Arrivée sur place, la jeune fille de 12 ans aurait plutôt été incitée à avoir des relations sexuelles avec l'accusé, incluant pénétration, fellation et sodomie.

La présumée victime, aujourd'hui âgée de 18 ans, a fait ces déclarations, hier, à l'ouverture du procès pour agressions sexuelles de M. Boissonneault. Le ministère public reproche à l'homme de 31 ans de Granby d'avoir abusé de quatre mineures, des crimes qui auraient été commis durant les années 2000.

Connaissance

Premier témoin appelé à la barre, la jeune femme, dont l'identité est protégée, a raconté que son agresseur allégué était un ami de la famille qu'elle allait souvent voir aux courses. À l'été 2009, il serait venu la chercher chez elle pour l'amener dans sa maison afin de lui donner le blouson convoité.

«Rendu chez lui, ce n'était plus ça», a-t-elle indiqué en répondant aux questions de la Couronne, représentée par Me Karim AinMelk.

Selon son témoignage, M. Boissonneault l'a d'abord fait patienter au salon. À son retour, il était flambant nu. «Je ne me sentais pas bien, comme figée. Je ne savais pas quoi faire, alors je me suis laissée faire. Il me disait qu'il m'aimait, que j'étais belle.»

L'accusé aurait commencé à la caresser avant de l'amener dans une chambre, où il l'a déshabillée. Elle aurait protesté, mais sans succès.

«Je me sentais comme obligée. Il a mis un condom et a commencé à me pénétrer. J'aimais pas ça, j'avais juste hâte que ça finisse pour retourner chez moi.» Entre les deux types de pénétration, il l'aurait sommée de lui faire une fellation.

L'accusé l'aurait ensuite ramenée chez elle. «Il m'a dit que si je disais un mot, j'allais avoir des problèmes.» Elle a ajouté avoir fondu en larmes à son arrivée et avoir longtemps souffert de maux de ventre. Mais elle n'a jamais eu son manteau.

Contradictions

En contre-interrogatoire, Me Roger Paquin, à la défense, a fait ressortir plusieurs contradictions entre le témoignage de la plaignante et ses déclarations antérieures. Elle avait notamment dit bien connaître une ex-conjointe de l'accusé avant d'affirmer le contraire, hier.

«Je la connaissais, mais je ne lui parlais pas», a-t-elle ensuite expliqué. À sa première déclaration à la police de Granby, elle a aussi affirmé que l'agression aurait eu lieu dans le salon, avant de se raviser en cour.

L'avocat lui a demandé pourquoi elle ne s'était pas débattue. «À cet âge-là, on ne sait pas quoi faire, a-t-elle répondu. Je ne savais pas comment réagir, ni comment lui allait réagir.»

Me Paquin l'a aussi questionnée sur la pertinence d'une mystérieuse troisième déclaration qui ne contiendrait aucun fait nouveau. Finalement, il lui a demandé pourquoi elle était retournée devant la résidence de M. Boissonneault, quelques mois après les faits reprochés, avec des amies.

«À ce que je sache, t'as le droit d'aller dans la rue», a dit la plaignante.

Discussions

En matinée, les parties ont eu «de sérieuses discussions» qui ont reporté le début de l'audience à 11 h sans qu'une entente ne survienne. «On n'admet pas quelque offense (que ce soit)», a déclaré Me Paquin. Le dossier se poursuit demain et vendredi devant la juge Julie Beauchesne.

Jean Boissonneault, qui a plaidé non coupable, s'expose à une peine maximale de 10 ans de prison s'il est reconnu coupable.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer