Écocentres de la Haute-Yamaska

Tous les polystyrènes maintenant acceptés

Matériaux isolants, barquettes alimentaires, contenants individuels de yogourt,... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Matériaux isolants, barquettes alimentaires, contenants individuels de yogourt, vaisselle à usage unique... Bien des produits codés 6 ne doivent pas être déposés dans le bac bleu, mais plutôt apportés dans les écocentres.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) Les écocentres de Granby et de Waterloo sont désormais en mesure d'accepter tous les types de polystyrène pour leur donner une seconde vie.

Une entente avec la compagnie granbyenne Polyform permettait déjà de récupérer une bonne partie des polystyrènes (PS), mais la MRC cherchait à en faire plus, a expliqué hier le préfet Pascal Russell.

Depuis décembre dernier, une nouvelle filière de recyclage est donc à l'essai en Haute-Yamaska, en collaboration avec l'entreprise Polystyvert d'Anjou.

Cela fait en sorte que tous les PS peuvent dorénavant être déposés dans l'un ou l'autre des écocentres: autant la styromousse (produits d'emballage, matériaux isolants, barquettes alimentaires, etc.) que certains plastiques rigides comme les contenants individuels de yogourt, la vaisselle à usage unique, les emballages transparents, etc. Tous ces produits portent le petit triangle entourant le chiffre 6.

«Plusieurs croient que ça va dans le bac bleu; or, ce n'est pas le cas. Ils devraient idéalement être envoyés dans les écocentres», a insisté M. Russell.

Le message commence néanmoins à faire son chemin. L'an dernier en Haute-Yamaska, 1,5 tonne de certains types de polystyrène a été récupérée via les écocentres.

Méthode de dissolution

La nature de ce matériau le rend cependant difficile à entreposer et à transporter, en raison de l'espace qu'il prend. La nouvelle technologie de Polystyvert utilise des concentrateurs qui dissolvent en quelques minutes les résidus de PS dans une huile essentielle - comme du sucre dans l'eau -, réduisant son volume de 96 %.

Huit tonnes de polystyrène «fondu» peuvent ainsi être contenues dans un seul camion de transport.

Ce mélange est ensuite envoyé et filtré à l'usine d'Anjou pour en faire des microbilles de PS réutilisables. Ce produit est ultérieurement vendu à des entreprises pour la fabrication de nouveaux produits, a expliqué Normand Gadoury, vice-président finance et stratégie chez Polystyvert, en assurant que le mélange n'est «ni toxique, ni explosif».

Les deux écocentres de la Haute-Yamaska - celui de la rue André-Liné à Granby et celui de la route 243 à Waterloo - sont les premiers à utiliser cette nouvelle filière de recyclage.

Grâce à la participation combinée de Polyform et de Polystyvert, la MRC est confiante qu'une quantité importante de PS pourra être détournée des sites d'enfouissement et remise en valeur.

«On a besoin de la participation des citoyens pour assurer la réussite de ce projet-pilote de six mois», a rappelé Pascal Russell, en soulignant que les PS et les plastiques codés 6 doivent d'abord être rincés et dépouillés de leurs étiquettes avant d'être déposés sans frais dans les écocentres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer