La revitalisation toujours d'actualité

La revitalisation du centre-ville est toujours d'actualité, dix... (photo Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La revitalisation du centre-ville est toujours d'actualité, dix ans après l'incendie qui a dévasté le coeur de Granby, confirme Pascal Bonin.

photo Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) La revitalisation du centre-ville de Granby est toujours d'actualité, dix ans après l'incendie qui l'a affecté. L'administration municipale a élaboré un plan pour donner un nouveau souffle à sa principale artère commerciale. Et elle attend juste le bon moment pour en dévoiler les détails.

«Je n'ai pas encore eu la plate-forme ni le bon timing pour exposer le plan. On devait le faire devant les membres de la Chambre de commerce (Haute-Yamaska et région. NDLR: lors du Souper du maire en novembre dernier). Mais ça n'a pas marché», a fait valoir le maire Pascal Bonin à La Voix de l'Est.

Selon lui, un travail très élaboré a été réalisé au cours de la dernière année. Le maire a travaillé sur ce projet avec les conseillers municipaux Pierre Breton et Michel Mailhot.

À défaut de découvrir à court terme l'ensemble du plan d'action du centre-ville, les citoyens pourront à tout le moins prendre connaissance cette année de la première phase des travaux projetés, alors qu'un lien cyclable sera aménagé entre la passerelle Miner et le centre-ville, en transitant par la propriété de l'église St-George. Une enveloppe de 800 000$ a déjà été réservée à cet effet dans le budget 2015.

Et les résultats de ce projet se font déjà sentir, estime Pascal Bonin. «Quand la Ville investit, le privé le fait aussi», dit-il. L'église St-George a dans ses cartons un important projet immobilier, récréatif et communautaire, souligne-t-il. Et l'apport supplémentaire de cyclistes au centre-ville, qui sera généré par le lien cyclable à venir, a pu jouer un rôle dans la décision de Rachelle-Béry de s'implanter dans l'ancien local du supermarché santé Avril, croit le maire.

Une expérience

Selon Pascal Bonin, il est faux de dire «que le centre-ville est mort» et qu'il ne s'y passe rien. L'artère principale de la ville est victime d'une campagne de dénigrement depuis longtemps, dit-il. «J'invite la population à venir voir la rue Principale la première journée où il va faire un peu plus doux. Il va y avoir plein de monde», lance le maire.

«Ce qu'il manque au centre-ville, c'est une expérience, un feeling, un je-ne-sais-quoi qui donne le goût de revenir. Et c'est ça qu'on a créé dans notre plan. On a créé un sentiment d'appartenance», avance Pascal Bonin.

Pour l'heure, impossible toutefois de connaître la teneur des autres phases à venir. Mais s'il n'en tient qu'à lui, elles se poursuivront au cours des prochaines années.

Chose certaine, le maire est visiblement fier du travail effectué. «C'est un concept très novateur, unique, qui va faire revivre la rue Principale pour très longtemps», dit-il.

Pour sa part, la directrice générale par intérim de Commerce et tourisme Granby et région, Sylvie Vandal, affirme que le démarchage de commerces est au menu de l'organisme en 2015 et 2016. Certaines recommandations mises de l'avant par les commerçants l'an dernier lors d'une consultation publique devraient aussi être mises de l'avant.

Dans le contexte économique actuel, où le commerce de détail vit des difficultés, l'achat local devra aussi devenir une priorité, glisse le maire. «La conscientisation n'est pas là. Mais quand les gens vont à l'extérieur, ils font mal aux commerçants locaux et aux emplois», dit-il. 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer