Club de tir de Granby : pause imposée pendant les vacances

Le Club de tir de Granby sera contraint... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le Club de tir de Granby sera contraint de fermer ses portes pendant la période des vacances de la construction, a tranché le juge Paul-Marcel Bellavance.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) Le Club de tir de Granby devra désormais cesser ses activités de tirs pendant les vacances de la construction, a tranché le Tribunal dans la cause qui l'opposait à un couple de résidants du secteur qui se plaint du bruit «infernal et insoutenable». Le juge n'a toutefois pas acquiescé aux autres demandes du couple, se rangeant plutôt derrière l'argumentaire du club.

Sébastien Lefebvre et Julie Bourgea ont intenté une poursuite en Cour supérieure, en mars 2014, contre Granby Multi-Sports, responsable du Club de tir situé sur le 11e rang. Ils habitent à 150 mètres de l'établissement. Ils affirment que le bruit des détonations a augmenté en volume et en fréquence depuis la fin des années 2000.

Pendant le procès, qui s'est tenu à la mi-février, le couple a exprimé son désarroi au juge Paul-Marcel Bellavance. «Moi aussi j'aimerais jouir de ma maison, de mon terrain, sans être obligée de quitter, le samedi, à cause du champ de tir», avait déclaré la femme qui décrit le bruit provenant du centre comme étant «excessif, pas vivable et enrageant.»

Le couple souhaitait notamment que l'établissement réduise ses heures d'ouverture et ses activités, qu'il limite le bruit, que l'utilisation de certaines armes à feu soit proscrite, que le tir au pigeon d'argile soit interdit et que le nombre de membres autorisés à tirer en même temps soit revu à la baisse.

Il réclamait également 20 000$ en dommages-intérêt pour les «troubles, stress et inconvénients subis».

Répit

Dans son jugement de 23 pages, le juge reconnaît que le bruit du champ de tir trouble la tranquillité de son voisinage. Les demandeurs ont convaincu le Tribunal «qu'ils ne peuvent pas compter, durant l'année, sur une période d'accalmie d'une certaine durée», peut-on lire dans la décision rendue vendredi.

Le Club de tir est ouvert les mardis et mercredis de 18 h à 20 h 30, les samedis de 9 h à 15 h 30, deux fins de semaine par année et les mardis, mercredis et jeudis de jour pour l'entraînement des corps policiers. Les heures d'ouverture avaient été réduites par la ville après le dépôt d'une pétition en 2007 par des résidants. Le club ferme plus tôt et n'est plus ouvert le dimanche.

Des travaux réalisés au coût de 30 000$ avaient également permis de réduire le niveau sonore.

Le juge est d'avis que la demande du couple d'avoir un répit durant les deux semaines de vacances de la construction n'est pas déraisonnable. L'injonction permanente débutera chaque année le mercredi soir avant la première semaine des vacances de la construction jusqu'au mardi matin suivant la deuxième semaine de ces vacances.

Antériorité du site

Le magistrat n'a toutefois pas répondu positivement aux autres demandes du couple. Au contraire, il s'est rangé derrière le Centre de tir en prenant entre autres en considération l'antériorité du site. «On parle d'une installation majeure dès 1977, alors qu'il n'y avait que trois résidences», note-t-il. Aujourd'hui, on en compte environ 100.

Il leur donne également raison quant au caractère licite de l'activité, la position de la ville qui a imposé un nombre très limité d'heures d'ouverture, l'importance historique du site, son utilisation d'entraînement pour les corps policiers, l'absence de solutions de rechange abordables et la présence de passionnés, de bénévoles et d'administrateurs sérieux.

Le Tribunal ne croit pas s'ingérer dans l'arène politique des décisions d'un conseil de ville. Il ne croit pas non plus que la présente décision va entraîner la fermeture du club alors que la direction de Granby Multi-Sports craignait une telle situation si le club était forcé de fermer la fin de semaine.

Puisque le Tribunal donne raison au Centre de tir, les demandeurs ne seront pas dédommagés. Les frais de l'expert en acoustique seront toutefois assumés à parts égales entre les demandeurs et Granby Multi-Sport, qui devra payer 4360$ au couple.

Il n'a pas été possible d'obtenir les réactions des parties dans cette affaire, hier.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer