Incendie de la meunerie d'Ange-Gardien: l'accusé change d'avocat

Sébastien Champigny à son arrivée au palais de... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

Sébastien Champigny à son arrivée au palais de justice de Saint-Hyacinthe, hier. Il fait face à huit chefs d'accusation, dont vol et incendie criminel.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Saint-Hyacinthe) Incapable de payer son avocat, l'accusé dans l'incendie de la meunerie Côté-Paquette d'Ange-Gardien, Sébastien Champigny, doit faire appel à l'aide juridique.

C'est ce qu'a indiqué son ancien procureur, Me Jean-François Ouellet, à La Voix de l'Est. Me Marc-André Gauthier a pris le relais pour représenter l'homme de 28 ans de Saint-Pie, hier, au palais de justice de Saint-Hyacinthe.

L'enquête sur remise en liberté de M. Champigny était à l'horaire, mais cette étape a été remise puisque Me Gauthier n'avait pas toute la preuve en sa possession.

Questionné hier, l'avocat a indiqué qu'il ignore pour l'instant s'il tiendra bel et bien une telle enquête pour son client. Devant le juge Denis Noël de la Cour du Québec, les parties ont simplement remis le dossier au 11 mars.

Maigre et barbu, M. Champigny a brièvement comparu devant la cour, mais n'a pas eu à s'exprimer. Il s'est toutefois montré expressif devant la caméra de La Voix de l'Est. Quant à son père Denis Champigny, qui travaillait à la meunerie, il s'est échauffé l'esprit lorsque le journal l'a abordé.

«Pourquoi je vous parlerais? Je n'ai rien à vous dire, allez-vous-en!», a-t-il lancé.

Accusations

Huit chefs pèsent contre l'accusé de l'incendie qui a ravagé l'imposante meunerie de la municipalité de 2500 habitants, lundi, dont incendie criminel, vol, possession d'outils de cambriolage et de marijuana.

Sébastien Champigny avait déjà deux accusations pendantes pour possession de drogue. Il avait aussi omis de se présenter en cour lorsque requis, le 7 février.

L'incendie de la meunerie Côté-Paquette, qui employait une vingtaine de personnes, a causé pour plus de 20 millions$ en dommages.

L'accusé en avait été congédié il y a quelques mois parce qu'il dormait sur les lieux de son travail. Deux jours avant l'incendie, il aurait aussi subtilisé de la moulée ainsi que de l'équipement informatique.

L'entreprise produisait 2500 tonnes de moulée par semaine pour les fermes porcines des environs.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer