École primaire de Saint-Césaire : en attente de financement

En principe, les agrandissements pourraient être complétés pour... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

En principe, les agrandissements pourraient être complétés pour la rentrée 2017-2018.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Saint-Césaire) Le projet d'agrandissement de l'école Saint-Vincent de Saint-Césaire est maintenant entre les mains du Conseil du trésor. Malgré l'autorisation officielle du ministère de l'Éducation, la municipalité et la commission scolaire des Hautes-Rivières ne peuvent rien entreprendre sans obtenir le feu vert du grand argentier du Québec.

«On attend qu'il débloque les fonds. Ce pourrait être en avril ou en mai», laisse entendre le maire de la municipalité Guy Benjamin, qui s'empresse toutefois de préciser que «ce n'est pas nous qui décidons, c'est eux».

«Avec tout ce qui se passe au gouvernement, est-ce que ce sera accepté? Est-ce que ce sera repoussé d'un an? On ne sait pas du tout. Pour la Ville, ça peut aller, mais pour les personnes en attente d'une possible expropriation, c'est difficile», admet M. Benjamin.

Un rapport sommaire d'évaluation des propriétés à exproprier a d'ailleurs été déposé à la municipalité récemment. La valeur totale atteindrait «entre 2,5 et 3,5 millions$», affirme le maire, sans entrer dans les détails, en raison d'une entente de confidentialité avec les propriétaires concernés. «C'est le montant d'évaluation, pas celui qui sera négocié à une juste valeur.»

Cette estimation comprendrait non seulement l'achat des propriétés, mais aussi les frais de démolition et de transactions.

Pour en savoir plus sur la suite du dossier, les citoyens de Saint-Césaire sont conviés à une rencontre publique d'information le mardi 3 mars prochain à 19 h 30 au complexe sportif Desjardins. Car si le projet va de l'avant, les coûts d'expropriation exigeront un processus référendaire en vue d'un règlement d'emprunt par la Ville. Mais d'autres sources de financement pourraient aussi être envisagées, mentionne le directeur général de la municipalité, Bertrand Déry, sans plus de précisions.

bonne nouvelle

L'école Saint-Vincent accueille actuellement plus de 450 élèves répartis dans 22 classes de niveaux préscolaire et primaire. Le projet soumis au ministère de l'Éducation prévoit l'ajout de dix classes. Ce dossier comprend également l'agrandissement de l'école Jean XXIII à Ange-Gardien, qui nécessite pour sa part six classes supplémentaires.

Le fait que le MELS ait approuvé ce double projet est en soi une bonne nouvelle, fait remarquer la présidente de la commission scolaire des Hautes-Rivières, Andrée Bouchard. Reste maintenant à se croiser les doigts pour que celui-ci passe au financement.

«On a démontré hors de tout doute que 200 élèves du primaire n'auraient pas de place à Saint-Césaire et Ange-Gardien en 2017-2018, alors on demeure confiants», dit-elle.

Mme Bouchard précise qu'elle sera présente à l'assemblée de mardi prochain à Saint-Césaire pour répondre aux questions des citoyens. «La commission scolaire et la municipalité parlent d'une même voix dans ce dossier.»

En principe, les agrandissements pourraient être complétés pour la rentrée 2017-2018. «Mais entre-temps, il est possible qu'il y ait un manque d'espace. Il faudra agrandir par en dedans, avant de penser à transférer des élèves ailleurs», affirme la dame.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer