Le rapport repoussé en avril

Le plan d'action pour améliorer le lac Boivin sera déposé en... (Photo Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le plan d'action pour améliorer le lac Boivin sera déposé en avril.

Photo Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(GRANBY) Le plan d'action pour l'avenir du lac Boivin ne sera pas prêt en février comme prévu. Il sera présenté à la population en avril.

Le report s'explique par l'ampleur du travail à accomplir, soutient Alex Martin, directeur général par intérim de l'Organisme de bassin versant de la Yamaska. « On a eu une forte participation des citoyens et beaucoup de choses à colliger. Mais ce n'est pas alarmant. Le plan avance bien », a-t-il dit hier en entrevue. « On va être à temps pour entamer des actions cette année », assure-t-il.

Le document, préparé par OBV Yamaska et la firme de génie Exp en collaboration avec la Ville de Granby, proposera des mesures pour améliorer la santé du plan d'eau. Il s'inspirera des consultations publiques menées auprès de la population en mai l'année dernière ainsi que de rencontres avec des représentants de la Ville de Granby, de municipalités du bassin versant du lac Boivin, de groupes environnementaux, de l'UPA et des ministères des Transports et de l'Agriculture, et du Centre d'expertise hydrique du Québec.

Les milieux humides devraient trouver leur place dans le futur plan d'action. En entrevue à La Voix de l'Est cet automne, Pierre Bertrand, vice-président environnement et développement durable de la firme Exp, a indiqué que ceux-ci pourraient améliorer la qualité de l'eau du lac Boivin. Ils doivent être identifiés, a-t-il dit, protégés et améliorés pour mieux filtrer l'eau qui s'écoule vers le lac. L'aménagement de marais filtrants pourrait également être envisagé, a-t-il dit, ainsi que l'amélioration des fossés. La Ville pourrait par ailleurs interdire l'utilisation de pesticides sur les gazons, importante source de phosphore dans l'eau du lac.

Jean-Luc Nappert a hâte de prendre connaissance du plan d'action. Le conseiller municipal responsable des dossiers environnementaux à la Ville se dit à l'aise avec le délai. « C'est un long travail qui est en train d'être fait. J'aime mieux que ça soit retardé, mais que le travail soit bien fait au lieu de le sortir tout de suite, mais qu'on n'ait pas fait le tour de la question. »

La population pourra consulter le plan d'action le mardi 14 avril, à 19 h, à la salle du conseil, alors qu'une présentation publique sera organisée, a dit M. Nappert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer