Maddox et ses parents ont besoin d'aide

À sa naissance le 4 février, Maddox pesait à peine... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

À sa naissance le 4 février, Maddox pesait à peine 550 grammes.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

Quand Maddox a été retiré d'urgence du ventre de sa maman, le 4 février dernier, il ne pesait que 550 grammes et mesurait à peine 27 centimètres. Sa volonté de vivre impressionnante lui a déjà valu les surnoms de petit miracle, de combattant et de petit guerrier. Mais le chemin s'annonce long et difficile pour Maddox, né à seulement 26 semaines de vie, et aussi éprouvant pour ses parents, Karine Lafrenière et Frédéric Groux, qui ont besoin d'aide pour passer à travers cette aventure hors de l'ordinaire.

Plongée au coeur des événements, la tante maternelle de Maddox, Nicole Lafrenière, n'a pas perdu de temps. Quelques jours après la naissance de son minuscule neveu, au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, elle a lancé un appel à tous sur le site de financement GoFundMe, pour permettre au couple de Farnham de passer à travers les prochains mois.

« Ma soeur était déjà sur la CSST et la veille de la naissance, son mari a perdu son emploi des huit dernières années. Il fallait aller chercher de l'aide... », glisse Mme Lafrenière.

L'objectif a été fixé à 8000 $. Hier après-midi, 760 $ avaient été offerts par 19 donateurs. « C'est peut-être ambitieux comme montant, mais j'ai bon espoir d'atteindre cet objectif », laisse-t-elle entendre en rappelant les coûts engendrés par cette naissance prématurée : les nombreux déplacements, les repas, l'essence, le stationnement, le tire-lait, les sacs de congélation et les soins pour donner au bébé les meilleures chances possibles. « Maddox sera hospitalisé au moins jusqu'au mois de mai... Le temps qu'il finisse sa gestation », souligne la dame.

Et si les dons excèdent les besoins, les nouveaux parents ont promis de remettre le surplus à l'unité de néonatalogie du CHUS de Sherbrooke ou à l'association Préma-Québec afin de soutenir d'autres parents vivant la même situation.

BÉBÉ LONGTEMPS ATTENDU

Karine Lafrenière et Frédéric Groux ont rêvé durant quatre ans d'avoir un enfant, en vain. Malgré les déceptions, le couple a tenu bon. Et quand l'heureuse nouvelle est finalement tombée, au bout d'un épuisant processus de fertilité, rien ne s'est passé comme prévu. La grossesse de Karine n'a été qu'une succession de nausées, de malaises et de fatigue.

Victime de pré-éclampsie sévère, la jeune femme a vu son scénario idéal voler en éclats. Pour sauver la vie de la maman et du bébé, le corps médical du CHUS, en accord avec le couple, a dû pratiquer une césarienne d'urgence. Maddox a donc fait son entrée dans le monde trois mois plus tôt que prévu.

Depuis, Karine a pu quitter l'hôpital, mais elle retourne voir son enfant presque chaque jour avec son conjoint. La jeune femme a pu tenir son fils dans ses bras une fois, pour faire une séance de « peau à peau ». Mais l'état du bébé ne le permet pas pour l'instant.

« On n'a pas accès à Maddox. On peut seulement le toucher à travers l'incubateur. C'est difficile de voir les autres mamans prendre leur enfant et de ne pas pouvoir le faire. Ça fait tellement longtemps qu'on l'attend... », glisse-t-elle.

Ces allers-retours au centre hospitalier , ajoute-t-elle, sont essentiels pour eux. « C'est ce qui nous tient... On essaie de ne pas penser au pire », dit Karine.

Le petit guerrier a ouvert les yeux pour la première fois, dimanche. Mais son état demeure très fragile.

Hier, la condition de ses poumons suscitait beaucoup d'inquiétudes, plaçant les parents devant une décision difficile : laisser son petit corps se battre naturellement contre la dysplasie broncho-pulmonaire dont il est atteint ou soumettre leur enfant à un traitement aux stéroïdes, non sans de possibles conséquences neurologiques.

Désireux de donner toutes les chances à leur petit bonhomme, Karine et Frédéric ont finalement opté pour la seconde option, en espérant que le destin sourira à leur nouvelle petite famille.Les personnes qui souhaitent faire un don peuvent se rendre à l'adresse suivante : www.gofundme.com/lvrc20 ou joindre Nicole Lafrenière au nlafrenierebaa@gmail.com

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer