Jacques Villeneuve: retraité... par amour

Les gens du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt... (photo La Tribune)

Agrandir

Les gens du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt ont honoré Jacques Villeneuve, hier après-midi.

photo La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Maricourt) «Je suis blessé, j'ai le cancer et j'ai 61 ans. Mais c'est d'abord et avant tout pour Céline, ma femme, que je prends ma retraite...»

Les gens du Grand Prix Ski-Doo de Valcourt ont honoré Jacques Villeneuve, hier après-midi, alors que son numéro 96 a été ajouté au tableau d'honneur du Circuit Yvon-Duhamel. Un hommage sobre, mais tout de même senti. S'il a été bref lorsqu'il a pris le micro, remerciant son épouse Céline, ses commanditaires et l'organisation du Grand Prix, il a été beaucoup plus volubile un peu plus tard quand les membres des médias l'ont entouré à l'intérieur de la loge d'où il regardait les courses.

«Je trouve ça plate!, a-t-il répondu sèchement lorsqu'on lui a demandé comment il appréciait le spectacle. C'est pas que les gars sont pas bons, c'est juste que je suis un coureur et un coureur, c'est fait pour courir, c'est pas fait pour regarder les autres courir!»

Après avoir annoncé officiellement sa retraite lundi dernier en conférence de presse à Valcourt, mononcle Jacques a laissé une mini porte ouverte, hier, au sujet de son avenir en motoneige.

«Y'a toujours un p'tit dixième de chance à quelque part que je revienne. Mais ça me surprendrait ben gros. On a un édifice à logements et il faut qu'on s'en occupe. Pis y'a Céline. Il faut que je m'occupe d'elle aussi...»

Sa Céline le soutient depuis... toujours. Elle a été à ses côtés à chacun de ses triomphes, mais aussi, voire surtout, à chaque fois qu'il s'est planté. Ce qui est arrivé assez souvent, merci. Ceci dit sans méchanceté aucune.

«Elle ne m'a jamais lâché. Et elle aurait pu le faire souvent. C'est une bonne femme. Là, elle mérite que son mari en fasse sa priorité. Elle le mérite vraiment.»

Céline écoutait discrètement la conversation entre son Jacques et les journalistes. Et elle avait ce petit sourire en coin.

«Je suis soulagée qu'il se retire, a-t-elle dit. Et je pense qu'il va le faire pour vrai, cette fois. C'est l'fun de voir qu'il pense à moi, mais il faut qu'il pense à lui aussi. Il a des fractures à guérir et il y a aussi ce maudit cancer (à l'estomac). Là, il va probablement reprendre la chimiothérapie en avril. Ça augure bien, mais la bataille n'est pas encore tout à fait gagnée.»

En spectateur?

Après avoir remporté le Grand Prix de Valcourt trois fois (dont la dernière à 53 ans!), après avoir été couronné champion du monde de motoneige à Eagle River autant de fois et après avoir connu une brillante carrière en course automobile, Jacques Villeneuve ne sait pas quelle place il accordera au sport à partir de maintenant.

«J'sais pas, peut-être que je pourrais devenir une sorte de coach, peut-être que je pourrais donner un coup de main à des pilotes, a-t-il mentionné. En même temps, j'aime tellement courir que je risque de m'ennuyer en ta... à regarder les autres!»

Villeneuve a signé une tonne d'autographes en fin de semaine et il s'est fait prendre en photo avec quantité d'amateurs. Plusieurs lui ont rendu de beaux témoignages.

«Tant mieux si les gens aimaient me voir courir, tant mieux si mes commanditaires aimaient ça aussi. Mais vous savez, je le faisais pour moi, d'abord et avant tout pour moi. Y'avait un peu d'égoïsme là-dedans...»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer