« C'est le projet d'une ville-centre »

Deux bassins intérieurs, un bassin extérieur, une glissade, des tremplins : le... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(GRANBY) Deux bassins intérieurs, un bassin extérieur, une glissade, des tremplins : le nouveau centre aquatique, construit à un jet de pierre du Centre sportif Léonard-Grondin, rue Léon-Harmel, aurait beaucoup à offrir aux citoyens, selon les plans préliminaires dévoilés hier.

Telle que projetée, la nouvelle installation serait deux fois plus grande que l'actuelle piscine Miner. À lui seul, le stationnement - importante source de grogne de la part des usagers - verrait son espace grimper de 22 places à... 150.

À l'instar des centres aquatiques construits au cours des dernières années au Québec, celui de Granby offrirait ainsi un bassin récréatif avec entrée plage et un bassin d'entraînement. L'offre en piscine extérieure étant très limitée à Granby, un bassin extérieur, avec un « concept de resort pour familles », est aussi prévu, a souligné le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher.

Une meilleure capacité d'accueil, 10 corridors d'entraînement plutôt que sept, une glissade à hydro frein (semblable à celle de la piscine de Saint-Hyacinthe), des jeux d'eau, des jets d'eau, des saunas, des spas, deux tremplins (un mètre et trois mètres), des gradins amovibles, une passerelle surplombant les bassins et un mur végétal pour une meilleure acoustique sont inclus dans le projet.

La nouvelle installation, qui offrirait une meilleure accessibilité aux personnes à mobilité réduite, vise à répondre aux besoins des 40 prochaines années, a fait valoir le président du comité sports de la Ville, le conseiller Stéphane Giard. Elle s'accompagnerait d'ailleurs d'une bonification de l'offre de services, a souligné le chef de la division aquatique, Pascal Boivin.

PISCINE MINER

Un scénario de remise à niveau de la piscine Miner, dans sa forme actuelle depuis 1977, a été envisagé. En 2012, les coûts s'élevaient à 10 millions $. Un « estimé très faible », aux yeux du maire Pascal Bonin. Mais le manque d'espace de stationnement demeurait le même. L'espace serait toujours aussi restreint dans les vestiaires. Et les travaux de rénovation entraîneraient la fermeture des lieux durant un an, a exposé le directeur du Bureau de projets, Daniel Surprenant.

Dans les circonstances, la construction d'un centre aquatique est privilégiée. « C'est le projet le plus ambitieux que la Ville a jamais fait, estime Pascal Bonin. C'est le projet d'une ville-centre. »

Qu'arrivera-t-il alors de la piscine Miner ? Sera-t-elle démolie ? se sont enquis plusieurs citoyens. « On a encore beaucoup de temps pour déterminer la nouvelle nature du bâtiment », a avancé le maire, affirmant qu'elle ne serait pas démolie d'emblée.

Dans l'ensemble, le projet a été bien reçu par les citoyens. Seul un d'entre eux a émis des réserves sur l'allure du bâtiment, le comparant à un « bunker ». « Le but, c'est que ça soit fonctionnel et durable. Ce n'est pas un Taj Mahal », a rétorqué le maire, rappelant qu'il s'agit pour l'heure de plans préliminaires.

Coûts de construction : 30 millions $

Retour de taxes (TPS et TVQ) : - 4 millions $

Subvention (50%) : - 13 millions $

Total : 13 millions $

FINANCEMENT

Payable à même le surplus : 3 millions $

Payable par emprunt : 10 millions $

Impact : 30 $ par année durant 20 ans

pour une résidence moyenne évaluée à 222 000$

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer