Mont Foster : la MRC n'interviendra pas

Le projet Domaine Mont Foster est stoppé depuis... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le projet Domaine Mont Foster est stoppé depuis 2012 par le ministère de l'Environnement.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le conseil des maires de la MRC Brome-Missisquoi n'interviendra pas dans la bataille rangée que se livrent des citoyens opposés au projet immobilier dans le mont Foster et la municipalité de Bolton-Ouest.

Les opposants veulent que le conseil municipal modifie sa résolution adoptée en novembre permettant aux personnes qui ont acheté un terrain d'y construire une maison. Ils sont d'accord avec la décision, mais tiennent à ce que le nombre de maisons permises soit de 11, soit le maximum permis pour un quartier qui n'a qu'une seule entrée. Or, soutiennent-ils, la résolution exclut les deux premiers lots du projet.

Le porte-parole des opposants, Paul Geoffrion, a exposé l'affaire mardi soir aux maires réunis en assemblée. Il ne comprend pas que les deux lots en question, où se trouvent les deux seules maisons construites dans l'ensemble du projet immobilier, aient été écartés du calcul des lots concernés.

M. Geoffrion a fait valoir que les entrées des deux terrains se trouvent à plus de 267 mètres (877 pieds) de l'endroit où le chemin Paramount a été prolongé pour donner accès aux terrains du projet immobilier. Il ne fait aucun doute, selon lui, que ces deux terrains font partie intégrante du projet. Ils apparaissent d'ailleurs, a-t-il souligné, dans le plan des terrains de Domaine Mont Foster, le promoteur derrière le projet immobilier.

Exclure ces deux terrains, soutient M. Geoffrion, aura comme effet que le secteur pourra accueillir 13 propriétés, ce qui est contraire à la réglementation municipale, a-t-il dit, exhortant le conseil des maires à annuler la résolution de la municipalité de Bolton-Ouest.

Autonomie municipale

Les maires n'emprunteront pas cette voie, a dit le préfet, Arthur Fauteux. L'analyse du dossier, a-t-il expliqué à M. Geoffrion, permet de conclure que des maisons ont été construites sur les deux lots en question avant que la MRC intervienne en 2012 en imposant un règlement de contrôle intérimaire pour que le promoteur respecte la limite des 11 lots. Les deux lots n'ont donc pas été inclus dans la résolution de la municipalité, a-t-il dit. Il a également parlé d'autonomie municipale, estimant que la MRC n'avait pas à s'ingérer dans cette affaire.

«Pour nous, tout est légal», a affirmé le maire Donald Badger, commentant la décision du conseil de Bolton-Ouest. L'avocate de la municipalité l'a validée, a-t-il ajouté.

Les deux hommes n'ont cependant offert aucun argument concernant le fait que les deux lots figurent dans le plan de Domaine Mont Foster.

Rappelons que le projet Domaine Mont Foster est stoppé depuis 2012 par le ministère de l'Environnement. Le promoteur fait face à plusieurs constats d'infraction pour des travaux effectués sans certificats d'autorisation. Le dossier fait l'objet d'une enquête.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer