Granby songe à prendre le virage DEL

«Il y a trop de détails qui rentrent... (Photo Alain Dion)

Agrandir

«Il y a trop de détails qui rentrent en ligne de compte. On aime mieux se faire guider par une firme d'ingénieurs en électricité ou en éclairage», dit le directeur des travaux publics, Sylvain Flibotte.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Granby songe à prendre le virage DEL pour éclairer ses rues. Un appel d'offres sera lancé afin de recruter une firme qui aidera la Ville à voir plus clair en la matière. L'objectif: réaliser des économies à moyen et long terme, a fait valoir le directeur des travaux publics, Sylvain Flibotte.

Une firme de consultants a déjà approché la Ville à ce sujet, a dit hier le directeur du service des finances, Jean-Pierre Renaud. Selon les données préliminaires avancées, les coûts de conversion des quelque 6500 luminaires de rues pourraient atteindre plus de 2,5 millions$. Un investissement qui pourrait cependant être rentabilisé sur une période de six ou sept ans. Des économies annuelles de près de 350 000 $ pourraient par ailleurs être réalisées dans la foulée.

«C'est très peu probable qu'on fasse ça sur un an. Mais c'est une avenue qu'on veut explorer», a reconnu hier le maire Pascal Bonin. Ce dernier précise en outre vouloir prendre l'année 2015 pour «analyser les technologies utilisées par les villes intelligentes».

Le directeur des travaux publics, Sylvain Flibotte, souligne pour sa part que cette possible conversion de l'éclairage de rues à la technologie DEL (diode électroluminescente) n'est pas unique à Granby. Cette option fait de plus en plus d'adeptes dans le milieu municipal.

Signe que le projet chemine, une poignée de lampadaires DEL de différentes intensités et différentes compagnies a été installée le mois dernier face au garage municipal afin de mesurer la qualité d'éclairage des différentes options.

«Mais il y a trop de détails qui rentrent en ligne de compte. On aime mieux se faire guider par une firme d'ingénieurs en électricité ou en éclairage. Elle pourra nous éclairer sur les différents produits, leurs avantages, leurs inconvénients, les garanties. On pourra ensuite faire un rapport au conseil municipal», explique Sylvain Flibotte. Une fois ce rapport en main, de même que le détail des coûts impliqués, ce sera aux élus de décider s'ils vont de l'avant ou non avec ce projet. Et si oui, à quelle vitesse.

Une différence

Les feux de circulation utilisent déjà la technologie DEL, note le directeur des travaux publics. «Et on n'y touche presque plus», affirme Sylvain Flibotte.

Les ampoules au sodium des lampadaires actuels ont une durée de vie de cinq ans. Mais la plupart des compagnies offrant du DEL proposent d'emblée une garantie de 10 ans sur leur produit, précise M. Flibotte. «On pourrait donc sûrement économiser sur l'entretien et les coûts d'électricité», avance-t-il.

Ailleurs, ce virage a notamment été effectué par la Commission des champs de bataille, à Québec. L'organisme a remplacé il y a deux ans les ampoules au mercure - nocives pour l'environnement - de ses lampadaires du célèbre parc des Champs-de-Bataille par la technologie DEL.

Bref, ce projet est assurément appelé à cheminer à Granby en 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer