Le déménagement du Mondial des cidres à Montréal profite aux cidriculteurs

«Certains regrettent de ne plus être avec Rougemont,... (photo Marie-Ève Martel)

Agrandir

«Certains regrettent de ne plus être avec Rougemont, mais avec la température... Cette année, on est en plein centre-ville, à côté du métro, et on n'est pas gelés!» argumente Michel Robert, du Coteau Rougemont, qui administre aussi l'événement.

photo Marie-Ève Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Marie-Ève Martel</p>
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Montréal) En déménageant le Mondial des cidres SAQ de Rougemont à Montréal, ses organisateurs avaient fait le pari d'un nouveau virage. Force est d'admettre que celui-ci semble prometteur pour la pérennité de l'événement.

Le Complexe Desjardins de Montréal était noir de monde au moment du passage de La Voix de l'Est, samedi, et selon nos informations, le public était aussi au rendez-vous hier.

Une réussite dont se délecte le président de l'événement, Francis Lavoie, même si le décompte des visiteurs ne sera dévoilé qu'au cours des prochains jours. «Ça a super bien été, indique-t-il. Tout le monde est heureux, tout le monde a eu des augmentations dans ses ventes et de ses dégustations. C'est un beau succès.»

«Le plus beau dans tout ça, c'est qu'on a réussi à intégrer les autres produits du cidre, ajoute-t-il. Il fallait en arriver là.»

Le cidre de glace, autrefois seule tête d'affiche du Mondial, a en effet dû partager la vedette avec les cidres plats et effervescents, pour le plus grand plaisir des visiteurs... et de leurs papilles.

Affaires en or

Les producteurs, eux, n'ont pas eu le temps de souffler. «On s'est fait envahir quand les bureaux ont fermé vendredi. Il y avait tellement de monde!» s'exclame Stéphane Lamarre, du Château de cartes.

Plusieurs ont fait des affaires d'or au cours de la fin de semaine. «Les gens étaient plus prêts à acheter. Juste en termes de ventes, dans la soirée de vendredi, on a fait le week-end de l'an passé», se réjouit David Bérubé au kiosque de la cidrerie Arista. Une statistique évoquée par quelques autres cidriculteurs.

Au dire de certains, le déménagement du Mondial leur a permis de rejoindre de tout nouveaux consommateurs. «Ça amène une clientèle différente. À Rougemont, c'était plus familial, avec le château dehors. Ici, la clientèle est plus urbaine», remarque Claudia L'Écuyer, de la Cidrerie McKeown du Domaine Leduc-Piedimonte.

«Là-bas, 50% des visiteurs étaient des locaux, des gens de Rougemont et des environs. Ici, ce n'est pas ça du tout», commente M. Lamarre.

C'est sans compter les touristes américains, de plus en plus nombreux à visiter le Québec expressément pour le Mondial, indique Marie-Pier Jodoin, de la cidrerie Michel Jodoin.

À l'abri du froid

«Certains regrettent de ne plus être avec Rougemont, mais avec la température... Cette année, on est en plein centre-ville, à côté du métro, et on n'est pas gelés!» argumente Michel Robert, du Coteau Rougemont, qui administre aussi l'événement.

Car le plus grand avantage du nouveau nid du salon se calcule en degrés Celsius. «À Rougemont, c'était extraordinaire, c'est vraiment un beau concept, rappelle la directrice d'événement Pauline Larouche. Mais avec la température, c'est un gamble. Si elle n'est pas de notre côté, tu peux perdre une année. En faisant le Mondial à l'intérieur, tu protèges le but de l'événement, qui est de faire connaître les cidres et leurs producteurs.»

Selon plusieurs, le fait d'être à l'abri du froid a aussi fait en sorte que les visiteurs ont pris davantage leur temps.

«Beaucoup de gens nous disent qu'ils aiment l'ambiance, qu'elle est différente. Elle n'est pas mieux, pas moins bien, elle est simplement juste différente», explique Bajita Singh, de la cidrerie Arista.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer