Usine de production de marijuana thérapeutique : le débat nuit à un commerce

Oui, la bâtisse de la rue Roberval Sud,... (photo archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Oui, la bâtisse de la rue Roberval Sud, où un promoteur aimerait y implanter une usine de production de marijuana thérapeutique, est à vendre. Mais non, elle n'est pas vide. Le commerce Débosselage Auto Perfection y poursuit ses activités, contrairement à ce que cela laisse croire, a laissé savoir hier la copropriétaire, Maryse Laflamme.

photo archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le débat entourant l'intérêt d'un promoteur de la Rive-Sud pour une bâtisse de la rue Roberval Sud, où il souhaite implanter une usine de production de marijuana thérapeutique, nuit au commerce Débosselage Auto Perfection, actuellement en opération dans cette même bâtisse.

Non seulement les affaires de l'entreprise ont chuté drastiquement, mais des personnes intéressées à travailler dans l'hypothétique usine de marijuana se sont présentées sur place pour y laisser leur curriculum vitae, a déploré hier Maryse Laflamme, copropriétaire avec son conjoint Christian Litalien.

Selon elle, la médiatisation de l'intérêt de Feng Lin, président de Farmacan, pour la bâtisse du 1129, rue Roberval Sud et la publication de la photo des lieux envoient un message trompeur. Oui, la bâtisse est à vendre, dit Mme Laflamme. Mais non, elle n'est pas vide. Son commerce occupe le tiers des lieux depuis août 2013 et elle compte bien y rester en vertu d'un bail encore en vigueur pour quelques années, fait-elle valoir.

Maryse Laflamme déplore par ailleurs ne pas avoir été informée des projets de Feng Lin. C'est par le biais des journaux et d'une offre d'emploi, que le promoteur avait diffusé sur le portail d'Emploi-Québec, qu'elle a appris ses intentions.

«Il est venu visiter à la fin de l'été avec des agents d'immeuble et il ne nous a jamais parlé», glisse l'entrepreneure.

Le projet de Feng Lin ne pourra se concrétiser sans l'aval de Santé Canada. Mais il crée déjà beaucoup de remous. Plusieurs citoyens ont récemment manifesté leurs craintes et questionnements face au changement de zonage nécessaire. Tel que libellé, le changement permettrait la production de marijuana à des fins médicales dans quatre zones urbanisées de la Ville, dont le secteur de la rue Roberval Sud. La Ville a toutefois décidé de mettre un frein aux démarches, le temps d'y voir un peu plus clair.

Entre-temps, les activités des locataires du 1129, rue Roberval Sud se poursuivent, insiste Maryse Laflamme.  

Il a été impossible hier de joindre le propriétaire de la bâtisse, Denis Poissant, pour obtenir ses commentaires.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer