Production de marijuana à des fins médicales

Gel des démarches de la Ville

Un promoteur de la Rive-Sud convoite cet immeuble... (Photo Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Un promoteur de la Rive-Sud convoite cet immeuble de la rue Roberval Sud pour la production de marijuana à des fins thérapeutiques.

Photo Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Les craintes des citoyens exprimées face aux procédures de changement de zonage amorcées pour permettre la production de marijuana à des fins médicales au coeur de Granby ont été entendues. La Ville a mis le projet sur la glace, le temps d'y voir un peu plus clair.

«Ce qu'on a préféré faire, c'est de réétudier tout ça et de prendre notre temps. Il y a un message clair de la part des citoyens, c'est qu'il n'y a pas une grande acceptation sociale de ça», a déclaré le maire Pascal Bonin, à l'issue de la dernière séance du conseil municipal, en début de semaine.

La semaine dernière, plusieurs citoyens ont exprimé leurs inquiétudes et leur questionnement lors d'une séance de consultation publique tenue dans le cadre du changement de zonage amorcé en décembre dernier. Tel que libellé, ce changement permettrait la production de marijuana à des fins médicales dans quatre zones urbanisées de la Ville.

Un promoteur de la Rive-Sud, Feng Lin, de Farmacan, a effectivement adressé des demandes à la Ville, alors qu'il aurait jeté son dévolu sur un édifice de la rue Roberval Sud. Mais avant que le promoteur puisse aller de l'avant avec son projet, il devra néanmoins obtenir un permis de Santé Canada.

«On se pressait parce que le promoteur voulait ouvrir. Mais on va prendre le temps de revoir ça parce que ça va dans une direction que les citoyens ne souhaitent pas», souligne Pascal Bonin. Celui-ci veut également «prendre l'ampleur» du Règlement sur la marijuana à des fins médicales.

«Le message que je reçois, c'est que s'il y avait moins de zones (où ce type d'activités est permise), ça ferait plus l'affaire des citoyens. Il y avait huit zones, j'ai réduit ça à quatre. Peut-être que ça sera réduit à une seule», conclut le maire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer