La famille Turk rencontre un agent d'Immigration Canada, les enfants retournent à l'école

Sila, 11 ans, et Helin, 5 ans, retrouvent... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Sila, 11 ans, et Helin, 5 ans, retrouvent leurs amies à l'école Saint-Michel aujourd'hui, puisqu'elles reprennent les cours avec l'approbation d'un agent d'Immigration Canada. Sur la photo, elles prennent un égoportrait avec Olivia Desroches et Julianne Arseneault.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Cynthia Laflamme</p>
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Rougemont) Sila et Helin Turk, âgées de 11 et 5 ans, retournent à l'école ce matin après avoir passé une semaine dans le sous-sol de l'église de Rougemont avec leur famille pour éviter d'être déportées. Un agent d'Immigration et Citoyenneté Canada a rencontré la famille kurde dans son nouveau logis pour faire le point.

Comme la famille Turk le croyait, un mandat d'arrestation a été lancé contre elle puisqu'elle devait quitter le pays le 22 janvier. Elle s'est plutôt réfugiée dans le sous-sol de l'église Saint-Michel, le jour même, pour éviter de retourner en Turquie, où le peuple kurde et de religion alevi est persécuté. Arrivés il y a quelques années pour rejoindre leur famille élargie, dont les membres ont obtenu leur résidence permanente, les Turk ont vu leur demande pour obtenir un statut de réfugiés refusée.

«Il y a un mandat d'arrestation d'émis, mais ils ne le mettront pas à exécution en forçant les portes de l'église», rapporte le curé Gérald Ouellette, au sujet de la rencontre de jeudi.

L'agent de l'immigration du Canada a confié à Kamber, Ceylan, Orhan et aux trois enfants que leur chance d'obtenir une réponse favorable était mince. L'agent s'est toutefois montré empathique à leur cause, selon M. Ouellette, puisqu'il aurait l'habitude d'agir auprès de criminels plutôt que de familles comme la leur. Il a également assuré que les enfants en âge d'aller à l'école pourraient y retourner sans crainte.

Quelques avenues possibles

La situation de la famille pourrait s'améliorer avec une intervention du ministre canadien de l'Immigration, Chris Alexander. Dans une lettre envoyée à la ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec, Kathleen Weil, la députée provinciale d'Iberville, Claire Samson lui demande d'intervenir auprès de son collège au fédéral, afin que M. Alexander ordonne un sursis administratif dans le dossier.

Maksuni Oerde, ami et interprête de la famille, demandera lui aussi un sursis à l'exécution de la décision, indique M. Ouellette, afin que la famille soit en mesure de faire des démarches d'aspect humanitaire.

Autre chemin qui sera emprunté: les proches demanderont qu'un certificat de sélection du Québec soit attribué aux Turk. Les frères et soeurs de Kamber sont prêts à se porter garants de la petite famille et à offrir aux adultes un emploi dans l'un ou l'autre des restaurants familiaux.

Selon le curé Ouellette, le maire de Rougemont, Alain Brière, souhaiterait rencontrer le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney, qu'il a déjà rencontré dans un autre contexte il y a plusieurs mois.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer