Vide depuis 10 ans: l'usine d'Olymel à Granby sera démolie

Fermée dans le cadre d'une restructuration et réorganisation... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Fermée dans le cadre d'une restructuration et réorganisation de ses activités en 2005, l'usine d'Olymel à Granby sera démolie pour permettre au terrain d'avoir une nouvelle vocation.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Inoccupée depuis 10 ans, l'imposante usine d'Olymel, située à l'angle des rues Denison Est et Riendeau à Granby, sera démolie au cours des prochains mois. Le comité de démolition de la Ville a donné le feu vert à cette opération afin de permettre au terrain d'avoir une nouvelle vocation.

«On a dit oui à la démolition pour laisser la chance d'avoir un nouveau projet à cet endroit. C'est un peu comme on a fait pour l'ancienne usine d'Hafner», a expliqué le maire Pascal Bonin, également président du comité de démolition.

Il s'agit donc là d'une situation exceptionnelle, car la Ville exige habituellement un plan de reconversion des sites visés par une demande de démolition.

Les membres du comité se sont prononcés «après avoir considéré l'état de l'immeuble visé dans la demande, son apparence architecturale, son caractère esthétique, et le fait que le bâtiment se situe dans une zone résidentielle où l'usage industriel n'est plus souhaitable», peut-on lire dans le compte-rendu de la séance publique du comité de démolition.

Car si le zonage permettait autrefois l'usage industriel, il a été modifié il y a quelques années afin de favoriser à cet endroit un usage résidentiel (à la place de l'usine) et commercial (en bordure de la rue Denison Est).

Sécurité

Le porte-parole et responsable des communications corporatives d'Olymel, Richard Vigneault, a pour sa part souligné qu'Olymel n'a pas l'intention de redémarrer une usine à cet endroit-là, d'autant plus que le zonage ne le permet plus. La démolition de l'usine et la vente du terrain demeurent ainsi les meilleures options, dans les circonstances, dit-il.

Autre raison qui a incité les propriétaires du site à opter pour la démolition: «il y a eu intrusion dans l'usine, c'est donc une question de sécurité», ditM. Vigneault.

Selon lui, le site de 9936 mètres carrés (106 950 pieds carrés) et évalué à 1,4 million$, selon l'évaluation municipale, était déjà à vendre depuis deux ans. Aucune transaction n'a cependant pu être conclue. «On a eu beaucoup de demandes pour le terrain sans bâtisse», relève le porte-parole d'Olymel.

Richard Vigneault affirme que la démolition devrait être entreprise au printemps. Les travaux de démolition et le programme de réutilisation du sol et de mise en oeuvre doivent être complétés au plus tard 12 mois à compter du 13 février 2015, stipule une des conditions émises par la Ville au sujet de la démolition. 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer