Coup dur pour la Laiterie Chagnon

Le président de la Laiterie Chagnon, Denis Chagnon.... (photo Janick Marois)

Agrandir

Le président de la Laiterie Chagnon, Denis Chagnon.

photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Waterloo) La décision de Service correctionnel Canada de servir du lait en poudre aux détenus a des impacts directs sur la Laiterie Chagnon de Waterloo, qui perd du même coup deux importants contrats.

L'entreprise de la famille Chagnon fournissait du lait aux pénitenciers fédéraux de Cowansville et de Drummondville depuis longtemps: une dizaine d'années à Drummondville et encore plus à Cowansville. Cette association d'affaires ne tient plus.

«La dernière livraison à Drummondville a eu lieu le 12 janvier. À Cowansville, on nous a avisés que ça s'en venait. Il ne leur manque qu'une pièce d'équipement pour reproduire leur propre lait», explique le président de la Laiterie Chagnon, Denis Chagnon, désappointé par la tournure des événements. «Ça nous choque, ça nous déçoit. Pourtant, ils étaient satisfaits, car ils renouvelaient l'entente aux six mois, à chaque appel d'offres...»

L'homme d'affaires ne cache pas que la décision de Service correctionnel Canada de remplacer le lait frais par du lait en poudre est difficile à digérer. «C'est hors de l'ordinaire, surtout quand on sait que le Québec produit presque la moitié du lait de tout le Canada... Et quand on sait que la poudre pour le lait viendra désormais de Winnipeg.»

«Un gros trou»

Pour la laiterie waterloise, qui réussit depuis 60 ans à maintenir sa place dans un marché hautement compétitif, la perte de ces deux contrats crée «un gros trou». Chacune des institutions commandait 6000 berlingots de lait par semaine, en plus de sacs de 20 litres pour la cuisine.

Denis Chagnon affirme que perdre des clients de cette ampleur représente un manque à gagner de 275 000$ par année.

«On va travailler fort pour compenser, mais ce n'est pas facile de récupérer de telles pertes dans le marché actuel», dit-il.

Dans un tel contexte, maintenir la quarantaine d'emplois actuels représente un défi de taille. «On se penche sur le développement d'autres produits pour garder notre monde à l'ouvrage et avoir des résultats financiers qui ont de l'allure. Mais peut-être qu'il va falloir s'ajuster. Peut-être que ça aura un effet sur la main-d'oeuvre, à un moment donné», glisse-t-il gravement.

Les clients d'aujourd'hui sont-ils moins loyaux que par le passé? «Avant, les communications étaient meilleures, plus civilisées. Ce type de contrat avec le gouvernement, ça semble un peu à sens unique», avance l'entrepreneur.

Pas question de se laisser abattre pour autant. Les affaires doivent continuer. Denis Chagnon souligne que dès la semaine prochaine, l'édition spéciale 60e anniversaire, vendue exceptionnellement en bouteilles de verre, sera de retour durant le mois de février. «La demande a été au-delà de nos espérances pour ce lait entier à 3,8%, alors après, on le gardera sur le marché, mais en contenant régulier.»

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer