Meurtre d'Arthur Charby: la victime avait provoqué l'accusé

Harcelé par Arthur Charby (ci-bas), Andrew Davidson l'a... (photo La Voix de l'Est)

Agrandir

Harcelé par Arthur Charby (ci-bas), Andrew Davidson l'a renversé deux fois avec son camion.

photo La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Éméché, Arthur Charby était en colère et cherchait à se battre contre celui qui lui a finalement roulé dessus, par deux fois, avec son camion.

La scène se passe le 3 octobre 2012 au bar Johnny C's de Lac-Brome. Après un après-midi bien arrosé, la victime en est d'abord venue aux coups avec son frère avant de jeter son dévolu sur Andrew Davidson, qui lui avait reproché ses avances à la serveuse.

La dispute s'est poursuivie à l'extérieur, a relaté le témoin Wayne Tryhorn lors de son interrogatoire policier diffusé hier, au palais de justice de Granby. M. Davidson, qui a plaidé coupable à l'accusation d'homicide involontaire, assiste aux plaidoiries sur sa peine.

Il en ressort que M. Charby, connu pour son mode de vie dissolu, son tempérament bouillant et sa propension à lever le coude, aurait harcelé et poussé son interlocuteur jusqu'à ce que ce dernier gagne son camion, cherchant à éviter la bagarre.

Insultes

En anglais, la victime lui a crié «Va te faire foutre! Tu n'es qu'un imbécile! Je peux te faire tuer!», a dit M. Tryhorn, qui avait reconnu la voix de M. Charby depuis son logement situé au-dessus du bar de la rue Lakeside, où les escarmouches sont fréquentes.

«Je ne me souviens pas que l'autre gars (NDLR: Andrew Davidson) ait dit quoi que ce soit, à part "laisse-moi tranquille".»

L'accusé, un élagueur et aide fermier de 34 ans d'Austin, en Estrie, a d'ailleurs fait mine de repartir, puis s'est ravisé. Il a fait demi-tour dans le stationnement du bar pour renverser son assaillant, puis a répété l'opération. «Le corps ne bougeait plus du tout», a dit M. Tryhorn.

Il a ensuite traîné le corps et l'a jeté dans un fossé, près d'une rivière. La police a cueilli M. Davidson quelques heures plus tard, dans un bois.

Confiance

Quatre témoins de la défense, représentée par Me Alexandre Caissie, ont mentionné que l'accusé leur avait toujours inspiré confiance. Jamais, ont-ils dit, ils n'ont vu Andrew Davidson être agressif. Ils ont aussi souligné sa gentillesse, ses valeurs familiales et son ardeur au travail.

Malgré des problèmes d'alcool et de drogue, et sans diplôme dans une région où il y a peu d'industries, le père de trois enfants a toujours su se débrouiller. «Il a un grand coeur, et est toujours disponible pour aider», a dit Francis Simms, un ami de la famille.

De son côté, Arthur Charby a été décrit comme étant irascible. La soeur du défunt a toutefois louangé son frère dans une lettre au tribunal. «Un membre de notre famille a été tué, a dit Penny Charby. Vous ne pouvez pas imaginer comment on se sent. Je ne sais plus quoi faire de moi. Il était comme un père pour mes enfants.»

Les audiences se poursuivent aujourd'hui devant le juge Érick Vanchestein, de la Cour du Québec. La preuve de la Couronne, assurée par Me Karyne Goulet, est close et la défense doit présenter trois autres témoins. Les parties plaideront ensuite pour la sentence à imposer à Andrew Davidson.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer