Le procès d'Anthony Tristan Bernard encore repoussé

Anthony Tristan Bernard doit se trouver un nouvel... (illustration Bill Burelle, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Anthony Tristan Bernard doit se trouver un nouvel avocat.

illustration Bill Burelle, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

L'imminent procès du principal suspect du meurtre de l'homme d'affaires Alain Bernard, survenu à Granby en 1987, est à nouveau reporté.

Les avocats d'Anthony Tristan Bernard ont annoncé mardi qu'ils ne pouvaient plus représenter leur client. Devant un juge au palais de justice de Sherbrooke, ils ont mentionné «un problème éthique et déontologique» ainsi qu'«un lien de confiance rompu» avec l'accusé de 47 ans.

Me Richard Perras et Me Sonia Mastro Matteo ont refusé d'en dire plus en raison du secret professionnel. M. Bernard, le fils de la victime, se retrouve donc sans avocat pour la deuxième fois depuis le début des procédures judiciaires entamées à la suite de son arrestation, en 2009.

Son procès, qui devait commencer le 9 février, avait aussi été reporté dans le passé à cause des problèmes de santé de l'accusé, qui a subi un changement de sexe dans les années 1990.

«Ça ne fait absolument pas mon bonheur, c'est sûr, indique le procureur de la Couronne, Me Claude Robitaille, joint hier. C'est rien d'agréable. Nous sommes prêts à procéder depuis 2010.»

Plus il y a de reports, plus la mémoire des témoins s'effrite aussi, déplore Me Robitaille. «Ça devient de plus en plus difficile pour nous.»

Comme le juge a accordé la remise, il n'y a rien que le ministère public pouvait faire pour éviter ce nouveau report. Le magistrat a cependant averti M. Bernard qu'il ne pourra plaider les délais déraisonnables puisqu'il est à l'origine de la majorité de ceux-ci. L'accusé a manifesté son intention de se trouver un nouvel avocat.

Suspects

Sa cause a été remise au prochain appel du rôle des assises, le 2 mars. Le dossier de M. Bernard avait été déplacé dans le district judiciaire de Saint-François afin de limiter les déplacements de l'accusé.

Alain Bernard avait été retrouvé tué par balle dans sa résidence de la rue Noiseux, le 31 août 1987. Trois suspects, son fils Anthony Tristan, son neveu Patrice Bernard et une connaissance de ceux-ci, Alain Béliveau, ont été arrêtés 22 ans plus tard pour ce crime.

M. Béliveau a été condamné à la prison à vie au terme de son procès qui s'est déroulé à Granby, en 2013. Patrice Bernard doit subir le sien en octobre prochain, toujours à Granby. Ces deux causes sont frappées d'une ordonnance de non-publication afin de protéger la preuve, qui est essentiellement la même dans les trois dossiers, et de ne pas contaminer d'éventuels jurés.

Le procès d'Anthony Tristan Bernard ne devrait pas faire l'objet d'une telle interdiction puisqu'il sera, selon toute apparence, le dernier à être entendu. Les trois accusés avaient demandé et obtenu de subir des procès séparés.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer