Radio-Acton: 10 ans près des gens

«On répond aux besoins des gens, on appuie... (Photo Janick Marois)

Agrandir

«On répond aux besoins des gens, on appuie chaque événement, dit l'animateur et directeur des programmes Pierre Brousseau, photographié ici au côté de la directrice générale, Béatrice Trahan. Avec Radio-Acton, il se passe toujours quelque chose!»

Photo Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Acton Vale) Les sceptiques ont été confondus. Après 10 ans de diffusion, Radio-Acton est toujours bien vivante et profondément ancrée dans son milieu.

En 2004, on doutait des chances de survie d'une station communautaire dans le marché restreint d'Acton Vale. Mais le 103,7 FM a su tirer son épingle du jeu grâce à une programmation variée, une brigade dévouée et, surtout, en restant près des gens.

«On fait ce que les radios faisaient dans les années 1970 et 1980, comme diffuser les avis de décès, des demandes musicales, ou qu'un chien a été perdu sur le 8e rang, par exemple, indique Pierre Brousseau, directeur des programmes et animateur du Réveil matin. On répond aux besoins des gens, on appuie chaque événement. Avec Radio-Acton, il se passe toujours quelque chose!»

Variété

Le Radio-Bingo du dimanche après-midi, de loin l'émission la plus populaire, s'inscrit dans cet objectif de proximité en plus de générer des revenus supplémentaires pour la station. Plus de 1000 cartes trouvent preneur chaque semaine chez les détaillants locaux, et les lots hebdomadaires peuvent atteindre jusqu'à 10 000 $.

Ailleurs dans la grille-horaire, les animateurs jeunes ou plus expérimentés se succèdent dans des émissions d'information, d'art ou consacrées à divers styles de musique. La pop adulte est privilégiée le jour, et le dimanche, c'est le country qui s'impose.

Exploitée uniquement par des bénévoles au départ, Radio-Acton en compte aujourd'hui une vingtaine, en plus de 14 employés. «Financièrement, on se porte bien, dit la directrice générale Béatrice Trahan. Le défi, c'est de maintenir une radio de qualité et de rester près des gens. On veut offrir les meilleurs services possible avec les moyens qu'on a. Je suis privilégiée, car ici l'équipe s'implique beaucoup.»

Fine pointe

Malgré la concurrence des autres médias, la radio a toujours sa place dans le quotidien des gens, croit M. Brousseau. Et l'organisme sans but lucratif situé en bordure de la rivière Le Renne n'a pas à rougir de son service d'information ou de ses équipements, tous deux à la fine pointe.

«Pour la mise en ondes, il fallait être un homme-pieuvre, avant!, se souvient M. Brousseau, qui a fait une bonne partie de sa carrière à Saint-Hyacinthe. Aujourd'hui, tout se fait par ordinateur.»

Avec sa nouvelle antenne, Radio-Acton diffuse avec encore plus de clarté dans un rayon de 30 km. Elle se réjouit aussi d'avoir au-dessus de 1000 membres qui paient une cotisation annuelle. «Les gens ont un grand sentiment d'appartenance envers leur station», dit Mme Trahan.

La station continue de souligner ses 10 ans avec un concert de l'ex-académicienne Annie Blanchard, le 14 février, à la salle Laurent-Paquin d'Acton Vale. Béatrice Trahan promet aussi une «surprise» pour remercier la clientèle, au printemps, mais refuse d'en dire plus pour l'instant. Restez à l'écoute!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer