La mémoire de Terri Monahan sera honorée: 345 hectares protégés à perpétuité

L'immense territoire de 345 hectares se trouve à... (photos Michel Laliberté)

Agrandir

L'immense territoire de 345 hectares se trouve à l'est des monts Foster et Gauvin, dans les municipalités de Saint-Étienne-de-Bolton et de Bolton-Est. De ses flancs, on peut voir au loin les monts Orford et Gagnon.

photos Michel Laliberté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bolton-Est) La carte des forêts protégées dans les Cantons-de-l'Est s'agrandit de 345 hectares. L'immense terrain vient d'être acquis pour 1,2 million de dollars de la Société Fisisa d'Amérique par Corridor appalachien et Conservation de la nature du Québec. Les aires protégées se répartissent maintenant sur plus de 12 000 hectares dans la région.

Le nouveau territoire protégé, naguère exploité par cette société forestière, se trouve du côté est des monts Foster et Gauvin, dans les municipalités de Saint-Étienne-de-Bolton et de Bolton-Est. Il a été au centre de longues négociations, explique Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien. «C'est un territoire d'une grande richesse, d'une belle et grande biodiversité. C'est un projet qui nous tenait à coeur depuis longtemps».

Société Fisisa

d'Amérique En plus d'un dense couvert forestier de feuillus, de milieux humides et de petits ruisseaux tributaires de la rivière Missisquoi, le territoire acquis compte une riche faune. Une caractérisation menée l'été dernier par la biologiste Caroline Daguet a permis de recenser la présence de chouettes rayées, de grives des bois et d'amphibiens, certains menacés comme la grenouille des marais et la salamandre pourpre. Ce secteur sert aussi d'habitat aux ours noirs et aux orignaux. Pour Conservation de la nature, c'est une pièce importante d'un casse-tête très ambitieux: créer un corridor protégé reliant la frontière américaine, les monts Sutton, Foster, Gagnon et Orford. «On avance pièce par pièce. C'est un très gros morceau, un morceau d'une grande valeur écologique qu'on ajoute. C'est une grande avancée. Il faut continuer de travailler pour atteindre notre but», soutient Joël Bonin, vice-président de Conservation de la nature au Québec.

Honorer Terri Monahan

Le nouveau territoire ne sera pas greffé à la réserve naturelle des montagnes Vertes. Il aura toutefois le même statut de réserve protégée. Une demande en ce sens a été acheminée au ministère de l'Environnement. Les dirigeants du Corridor appalachien et de Conservation de la nature proposent de nommer la future réserve en l'honneur de Terri Monahan. Cofondatrice de Corridor appalachien, il y a une quinzaine d'années, Mme Monahan a lancé les discussions avec le propriétaire du terrain. Elle est décédée durant la période des Fêtes.

Quelques-uns de ses amis ont participé hier matin à une randonnée en raquettes dans les sentiers de l'Estrie pour faire découvrir le terrain aux médias. «Terri avait à coeur ce projet. Elle y a beaucoup travaillé. Aujourd'hui, c'est un peu comme un pèlerinage. On pense à elle et à tout ce qu'elle a fait», a dit Marie-Josée Auclair lors d'un moment solennel en plein coeur de la future réserve. «C'est un territoire d'une grande richesse, d'une belle et grande biodiversité. C'est un projet qui nous tenait à coeur depuis longtemps», explique Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien, accompagnée à sa gauche de la biologiste Caroline Daguet.

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

 

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer